Objectiver les trajectoires socio-professionnelles. Cas d’étude prosopographique sur les très haut∙es fonctionnaires


Pour citer cet article : Nicolas Bina, « Objectiver les trajectoires socio-professionnelles. Cas d’étude prosopographique sur les très haut∙es fonctionnaires » Sources à l’œuvre·s , 04/08/2023, consulté le [date]. https://cjccrulh.hypotheses.org/1026


Comment appréhender avec méthode un objet d’étude, en l’occurrence les trajectoires socio-professionnelles d’un groupe social donné ? Alors que la littérature en sciences humaines et sociales offre de très nombreuses ressources méthodologiques, il n’est pas toujours aisé de nommer précisément les techniques employées ni de s’inscrire dans un continuum méthodologique donné (avec les avantages et inconvénients que cela représente). Cette communication retrace l’étendue de ces questionnements et les perspectives dressées par les réponses lors des premiers dix-huit mois d’une thèse autofinancée de science politique sur les élites administratives, intégrant la constitution d’une base de données inédite par codage informatique – nous y reviendrons1.

Par tâtonnements, la première année de thèse (2021-2022) a conduit à aborder la prosopographie comme un potentiel cadre « macro » d’analyse de mon objet d’étude. L’organisation d’un séminaire interdisciplinaire sur « Les ficelles de la prosopographie », organisé à l’automne 2022 autour d’une huitaine de chercheurs∙ses de tous niveaux et disciplines et d’une cinquantaine de participant∙es, a permis de révéler de nombreux points de convergence entre les disciplines et de partager le constat de ressources méthodologiques lacunaires sur ces méthodes. Alors que les méthodes prosopographiques sont employées de longue date en histoire, elles sont abordées aujourd’hui par de nombreuses disciplines et confrontent les chercheurs∙ses aux mêmes interrogations – faute de corpus méthodologique constitué. Pourtant, et sans forcément être identifiées comme des prosopographies en tant que telles, il est possible de recenser de nombreuses études des trajectoires socio-professionnelles ; qui des paysans Béarnais2 ou des djihadistes3, qui des commissaires de polices4 ou des femmes énarques5, qui des députés6 ou des journalistes7, qui des membres de cabinets ministériels8 ou des directeurs financiers9. La journée d’étude a permis de montrer plusieurs autres exemples basés sur des travaux en cours, comme sur les trajectoires prostitutionnelles d’une famille nancéienne10.

Comment, dès lors, appréhender une recherche prosopographique afin d’établir la biographie collective d’un groupe social donné ? La prosopographie apparaît comme une méthode mixte interdisciplinaire (1) qui est ici appliquée aux élites administratives, autour de deux hypothèses structurantes sur la féminisation des élites et l’organisation de la haute fonction publique (2).

La prosopographie comme méthode mixte interdisciplinaire

Cette première partie tire les fils des échanges lors du séminaire mentionné en introduction, qui sont en cours de rassemblement dans un projet d’article corédigé avec Ahmed Fouad El Haddad (ATER en science politique au Centre Emile Durkheim, UMR 5116, Sciences Po Bordeaux) et Fabrice Rossi (PU en science des données au CEREMADE, UMR 7534, Université Paris Dauphine – PSL). « En révélant les ficelles de la prosopographie et considérant ses différentes techniques et pratiques, il devient clair que la prosopographie n’est pas une méthode unique mais plutôt un corpus de techniques et de pratiques scientifiques qui peuvent être utilisées pour révéler les connexions au sein d’un espace social donné en utilisant un éventail d’outils théoriques et méthodologiques. En liant les méthodes qualitatives et quantitatives et en s’ouvrant à de nouveaux domaines de recherche, l’intégration de données issus de traditions épistémologiques différentes s’en trouve facilitée. »11 Ainsi, la notion d’outillage méthodologique plutôt que de méthode figée permet le dépassement des disciplines propres autour d’un même objectif de mise en relation de données de nature diverses pour donner à voir un espace social donné – dont la dimension n’apparaît pas comme un critère discriminant.

L’exercice de revue de la littérature sur la prosopographie n’est pas aisé. Nous l’avons vu, de nombreux travaux prosopographiques ne sont pas libellés en tant que tel – nous avons cité certains travaux notables en introduction. De manière analogue, les ressources méthodologiques sont éparses ou portent sur des points de détails qui nécessitent un niveau élevé de connaissances préalables. Enfin, les références sont à dominantes historiques et s’étalent sur une durée relativement courte (les vingt dernières années), ce qui peut constituer un frein ou de nombreuses interrogations pour les chercheurs∙ses d’autres disciplines. Il reste possible de lister des publications qui permettent d’appréhender les techniques prosopographiques dans leur ensemble, sans viser ni l’exhaustivité ni la représentativité des travaux12. On peut noter à cet égard deux projets prosopographiques notables par leur ampleur, bien qu’ils ne se labellisent pas comme tels : l’Oxford Dictionary of National Biography travaille depuis 1885 à reconstituer les données biographiques de figures britanniques (n > 60.000) et la China Biographical Database recense plusieurs centaines de milliers de biographies d’individus chinois ayant vécu principalement entre le 7e et le 19e siècle (n > 529.000). Cela illustre à la fois l’absence de caractère discriminant du bornage temporel ou de la limitation quantitative dans l’approche de projets prosopographiques.

Cet exercice préalable de définition et d’appréhension de ces méthodes précède le traitement à proprement parler de la donnée récoltée. Pour les sociologues comme pour les historien∙nes contemporanéiste, la quantité de données disponibles peut être vertigineuse et leur qualité aléatoire – posant ainsi la question de leur discrimination. Nous nous permettrons ici deux conseils, sur la base des nombreux échanges interdisciplinaires en séminaire :

  • Il est préférable de récolter trop plutôt que trop peu de données ; l’analyse permettra de discriminer l’information à traiter bien plus facilement qu’une seconde saisie pour tenter de retrouver l’information initialement délaissée pour la réintégrer à la base.
  • Il est fortement conseillé de conserver dans l’analyse et de rendre visible la dirty data, qui peut désigner à la fois la donnée manquante ou corrompue ; cela donne à voir la réalité du matériau initial et prémunit des résultats artéfactuels sur une portion réduite de l’échantillon total.

Il ne sera pas fait état ici des méthodes et techniques de récolte de la donnée et de ce que cela engage (segmentation, recueil et codage), il importe toutefois d’insister sur l’aspect structurant de l’acte de saisie-codage pour l’analyse de la base de données. S’il n’existe pas de méthode miracle ni de méthode applicable à tous les travaux, la saisine de quelques lignes sur l’esquisse de base de données permet de jauger assez rapidement les points forts / faibles et les nécessités d’amendement de la structure de la base de données. Pour ne pas contraindre le travail de la donnée ou risquer de l’altérer, il importe également de partir de l’objet de recherche et des informations qui sont à disposition davantage que d’une trame pré-établie ; en effet, si l’analyse permet de modifier le choix des colonnes ou des données sélectionnées, la donnée « de base » liée à l’objet sera autrement plus difficile à amender une fois la base de données constituée avec un nombre d’objet important.

Une fois organisée dans un logiciel ad hoc, l’appropriation de cette masse nouvelle d’information « transforme le « réel historique » en une collection de données scientifiquement construites : c’est cette collection, que je propose d’appeler métasource, qui va être soumise à l’ordinateur »13. La métasource permet d’objectiver la donnée récoltée en lui affectant un ordonnancement scientifique et en donnant à voir l’agrégation de ressources diverses, parfois éparses ou difficilement objectivables. A cette notion de métasource, nous ajoutons celle de factoïde14 que l’on pourrait définir comme une assertion non biographique dans la base de données, afin qui permet d’intégrer davantage les allers-retours entre les méthodes qualitatives et quantitatives (boucles de rétroaction). Ces deux notions apparaissent spécifiques aux travaux prosopographiques et constituent à la fois une difficulté d’apprentissage et une grande richesse d’exploitation. L’apport des sciences computationnelles15 est notable dans ce type de travaux, en permettant notamment d’accélérer et d’« augmenter » les capacités et qualités de ces échanges et flux d’informations. En cas d’usage d’un logiciel de traitement de données dédié, il est très fortement conseillé de ne modifier la base de données que par ce biais. Malgré les éventuelles difficultés initiales à prendre en main le logiciel, cela permet de tracer toutes les étapes de travail de la donnée et facilite infiniment l’éventuelle mise à jour ultérieure de la base.

Ainsi circonscrite, la prosopographie pourrait accepter d’être définie comme un ensemble de méthodes qualitatives et quantitatives permettant d’intégrer des représentations variées de l’information, biographique ou non, afin de les mettre en relations pour les analyser dans l’objectif d’appréhender finement la complexité des phénomènes sociaux et historiques.16 Les notions de factoïdes, de métasources et de rétroactions, sans être exclusivement dédiées aux travaux prosopographiques, permettent d’appréhender au mieux ce travail complexe de gestion de données.

Menée une enquête prosopographique sur les élites administratives

Mon objet d’étude est apparu assez directement : différents stages et expériences professionnelles m’avaient permis de côtoyer des membres de cabinets ministériels et directeurs∙rices d’administrations centrales. Si la littérature en science politique offre de nombreux cas d’études sur des ministères ou environnement ministériels précis17, sur les grands corps18, les entourages ministériels19 ou le genre20, aucun travail ne semble avoir étudié une même fonction sur l’ensemble des ministères. Dès lors, l’objet s’est précisé sur les directeurs∙rices d’administrations centrales de l’ensemble des ministères, ces êtres hybrides qui assurent une fonction d’« encodage-décodage » entre les ministres et leurs entourages et les administrations qu’ils dirigent21 et qui sont nommés en Conseil des ministres en vertu de l’article 13 de la Constitution, ce qui implique la publication au Journal officiel de l’ensemble des décrets de nomination22. Ces travaux s’inscrivent à la croisée de trois littératures scientifiques – sur l’Etat et la haute fonction publique, sur le genre (particulièrement les notions de plafond de verre23 et de mobilité de genre (Favier, 2020)), sur les élites dirigeantes – afin de penser dans leur globalité les spécificités de ces fonctions, à la croisée des travaux mentionnés plus haut.

La nomination des directeurs∙rices d’administrations centrales en Conseil des ministres implique, dès le lendemain de chaque Conseil, la publication au Journal officiel des décrets de nomination. Cette publication en support numérisé permet leur récolte et ouvre la voie à l’automatisation de celle-ci. La borne temporelle inférieure de mes travaux s’est fixée sur la date à partir de laquelle les décrets publiés au Journal officiel ont été numérisés : le 1er janvier 1990. Aborder les décrets antérieurs nécessiterait un travail de copie manuel de chaque décret qui n’est pas compatible avec le travail de codage informatique qui a été co-conduit pour constituer la base de données inédite sur laquelle se base mon analyse quantitative – et qui est détaillé dans un article en préparation24 schématisé ci-après.

Schéma de fonctionnement du code informatique développé. (Bina, 2023)

La première étape de codage (« BDD « textes » ») consiste à identifier tous les décrets de nomination des directeurs∙rices entre le 1er janvier 1990 et la date d’export (ici octobre 2022) à partir de quatre requêtes sur l’API de Legifrance25, qui permet d’atteindre l’exhaustivité du corpus (n = 1.850). Cette première étape permet de figurer pour chaque nomination l’identité de la personne nommée, la date et les détails du poste en question, ses éventuels passages en cabinets ministériels ou ses diplômes de grandes écoles publiques (faisant l’objet d’une publication au Journal officiel : ENA, ENS, Polytechnique, …). La deuxième étape (« BDD « carrières » ») consiste à considérer un individu par ligne (et non une nomination par ligne) et à compléter les informations par les données socioprofessionnelles recensées sur le site LesBiographies.com (n = 1.327)26. Cela permet de compléter les informations récoltées par le détail de chacun des postes occupés par les individus dans leurs carrières, par des informations sur les dates et lieux de naissance, sur les identités et profils des parents … L’agrégation des deux bases permet de constituer une troisième base (« BDD consolidée ») qui est celle sur laquelle se base l’analyse de données – et donne lieu à tous les travaux évoqués en première partie.

L’analyse quantitative, en cours avec le logiciel R, est réalisée en parallèle de la conduite d’entretiens semi-directifs conduits auprès de directeurs∙rices d’administrations centrales en fonction ou anciennement en fonction. Sans revenir sur le détail de celle-ci, la donnée récoltée permet d’appréhender de nombreux éléments de trajectoires et de structure, dont les catégories suivantes ne sont pas exhaustives :

  • Le renseignement d’éléments temporels : le renseignement menu des parcours professionnels permet d’identifier le rythme des carrières et des accès aux fonctions de direction selon les ministères, selon les formations, selon le sexe, …
  • La constitution de pôles ministériels : les évolutions des structures ministériels depuis 1990 impliquent de penser un regroupement thématisé des directions pour permettre leur étude, ce qui implique un travail fin de regroupement censé et cohérent.
  • Les dynamiques de féminisation : en passant de près de 0 % à près de 35 % de femmes occupant les postes de direction d’administration centrale, les trente dernières années ont donné lieu à une féminisation notable des élites administrations (taux moyen = 20 %). Cependant, cette augmentation n’est pas linéaire et cache de nombreuses disparités (accélération ou non des dynamiques de nomination, ) qui sont au cœur de mes recherches.
  • Les effets de structure de l’administration : en combinant l’ensemble des éléments, il devient possible de donner à voir les éléments de stabilités sur près de trente ans et sur tous les ministères, les hiérarchies implicites entre les directions ou pôles ministériels et d’étudier l’homogénéité (ou non) des profils des dirigeant∙es.

Si l’étude de trajectoires collectives permet d’éclairer les dynamiques socio-professionnelles au sein d’un groupe social donné, les trajectoires individuelles permettent d’identifier en leur sein le poids des choix individuels. A cet égard et au cours de l’approfondissement de l’analyse quantitative, il pourra être étudié un nombre restreint et ciblé de trajectoires (n < 10) de manière plus approfondie dans l’esprit de certains travaux existants27.

*

L’exercice de mise en perspective épistémologique des techniques prosopographiques a permis d’élargir le champ méthodologique des possibles en éliminant les frontières entre les méthodes quantitatives et qualitatives – pour atteindre un vrai travail en méthodes mixtes – et entre les disciplines – permettant d’enrichir les travaux de contributions diverses. Ainsi appliquée aux élites administratives, cela nous permet d’appréhender finement les trajectoires socioprofessionnelles d’un groupe donné : les directeurs∙rices d’administrations centrales. Mes travaux posent à ce sujet trois hypothèses structurantes :

  • Les parcours des femmes directrices d’administrations centrales répondent à des caractéristiques spécifiques qui ne s’intègrent pas exactement dans les travaux sur les femmes fonctionnaires ou sur les femmes dirigeantes, ce qui tend à envisager une féminisation différenciée des femmes directrices d’administrations centrales .
  • Les spécificités des trajectoires étudiées, à de nombreux égards, ne permettent d’appréhender finement le groupe social des directeurs∙rices d’administrations centrales avec les catégories existante, ce qui tend à circonscrire la notion de très haute fonction publique pour rassembler les parcours et profils de cette élite dirigeante.
  • La base de données donne à voir les évolutions de profils de directeurs∙rices d’administrations centrales selon les mandats des présidents de la République comme des Premier∙es ministres. Il semble que les évolutions notables du groupe des directeurs∙rices d’administrations centrales suivent les mandants des Premier∙es ministres et non des présidents de la République ; éclairant les réflexions nombreuses sur la question : Qui gouverne ?

Ces travaux, enfin, plaident assez fortement pour le développement de partenariats et travaux collaboratifs entre les chercheurs∙ses et praticiens de la donnée afin de pouvoir appréhender pleinement les nombreuses ressources existantes, d’élargir les champs de recherche et de gagner un temps considérable sur les travaux de recherche en bénéficiant des expertises de tiers. Ce travail nécessite un encadrement de l’usage de la donnée qui est appréhendable avec la disponibilité et les conseils du CNRS (délégation à la protection des données)28.

Nicolas BINA

nicolas.bina@scpobx.fr

Nicolas BINA est doctorant autofinancé en science politique au Centre Emile DURKHEIM (UMR 5116 – CNRS – Sciences Po Bordeaux), sous la direction de Cécile VIGOUR. Ses travaux portent sur la haute fonction publique en France et les directeurs∙ices d’administrations centrales, dont il étudie les trajectoires socioprofessionnelles à partir d’une base de données inédite.

  1. Alors que la communication mettant en avant les premiers résultats des analyses quantitatives conduites dans ce cadre, cette retranscription se limite aux enjeux de méthode et d’appréhension de l’objet d’étude. []
  2. Bourdieu Pierre, Le bal des célibataires. Crise de la société paysanne en Béarn, Paris, Éditions du Seuil, 2002, 268 p. []
  3. Crettiez Xavier et Sèze Romain, « Sociologie du djihadisme français. Analyse prosopographique des terroristes incarcérés », Revue française de science politique, 2022, vol. 72, no 3, p. 265‑285. []
  4. Bonelli Laurent, L’espace des commissaires de police français. Socio-morphologie d’une « grande famille », Paris, Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, 2021. []
  5. Favier Elsa, Enarques et femmes. Le genre dans la haute fonction publique, Sociologie, EHESS, Paris, 2020, 433 p. []
  6. Boelaert Julien, Michon Sébastien, et Ollion Étienne, Métier, député : Enquête sur la professionnalisation de la politique en France, Paris, Raisons d’agir, 2017, 147 p. []
  7. Bastin Gilles, « L’approche morphologique des mondes de l’information : modèles et données pour l’analyse séquentielle de la personnalité des journalistes », Recherches en communication, 24 octobre 2016, no 43, p. 5‑26. []
  8. Collas Thomas, Dulong Delphine, et Sawicki Frédéric, « Sociographie des cabinets ministériels (2012-2014) : présentation générale », Revue française d’administration publique, 2018, vol. 168, no 4, p. 745‑750. []
  9. Redon Marie, « Évolution des trajectoires professionnelles des directeurs financiers au regard du processus de financiarisation des organisations », Comptabilité Contrôle Audit, 2021, vol. 27, no 2, p. 7‑39. []
  10. Bellotto Julie, « Les femmes Charlois : un exemple de trajectoire prostitutionnelle à Nancy pendant la Grande Guerre (1914-1918) », Sources à l’œuvre·s. []
  11. Bina Nicolas, El Haddad Ahmed Fouad, et Rossi Fabrice, « Les ficelles de la prosopographie : une méthode originellement mixte ? », Article en préparation, 2023. []
  12. Aguilera Thomas et Chevalier Tom, « Les méthodes mixtes pour la science politique. Apports, limites et propositions de stratégies de recherche », Revue française de science politique, 2021, vol. 71, no 3, p. 365‑389 ;Akoka Jacky, Comyn-Wattiau Isabelle, et Mouza (du) Cédric, « Conception de bases de données prosopographiques en histoire. Un état de l’art », Revue ouverte d’ingénierie des systèmes d’information, juin 2020, vol. 1, no 3 ;Bastin Gilles et Francony Jean-Marc, « L’inscription, le masque et la donnée : Datafication du web et conflits d’interprétation autour des données dans un laboratoire invisible des sciences sociales », Revue d’anthropologie des connaissances, 2016, vol. 10, no 4, p. 505‑530 ;Charle Christophe, « Prosopography (Collective Biography) », in N. J. Smelser et B. Baltes (dir.), International Encyclopedia of the Social and Behavioral Sciences, 2001, p. 18‑12236 ;Charle Christophe, « La prosopographie ou biographie collective. Bilan et perspectives », in Homo Historicus. Réflexions sur l’histoire, les historiens et les sciences sociales, Paris, Armand Colin, 2013, p. 94‑108 ;Delpu Pierre-Marie, « La prosopographie, une ressource pour l’histoire sociale », Hypothèses, 2015, vol. 18, no 1, p. 263‑274 ;Joyeux-Prunel Béatrice, L’art et la mesure: histoire de l’art et methodes quantitatives, Paris, Editions Rue d’Ulm ; Presses de l’École normale supérieure, 2010, 600 p ;Lemercier Claire et Picard Emmanuelle, « Quelle approche prosopographique ? », in Laurent Rollet et Philippe Nabonnand (dir.), Les uns et les autres … Biographies et prosopographies en histoire des sciences, Nancy, Presses universitaires de Nancy : Editions universitaires de Lorraine, 2012, p. 605‑630 ;Lemercier Claire et Zalc Claire, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2007, 128 p ;Yauch Charlene A. et Steudel Harold J., « Complementary Use of Qualitative and Quantitative Cultural Assessment Methods », Organizational Research Methods, octobre 2003, vol. 6, no 4, p. 465‑481. []
  13. Genet Jean-Philippe, « Histoire, Informatique, Mesure », Histoire & Mesure, 1986, vol. 1, no 1, p. 7‑18. []
  14. Akoka Jacky, Comyn-Wattiau Isabelle, et Mouza (du) Cédric, « Conception de bases de données prosopographiques en histoire », op. cit.. []
  15. Baillie James, « Alternative Database Structures for Prosopographical Research », International Journal of Humanities and Arts Computing, octobre 2021, vol. 15, no 1‑2, p. 117‑132 ;Keuschnigg Marc, Lovsjö Niclas, et Hedström Peter, « Analytical sociology and computational social science », Journal of Computational Social Science, 1 janvier 2018, vol. 1, no 1, p. 3‑14 ;Nelson Laura K., « Computational Grounded Theory: A Methodological Framework », Sociological Methods & Research, février 2020, vol. 49, no 1, p. 3‑42. []
  16. Bina Nicolas, El Haddad Ahmed Fouad, et Rossi Fabrice, « Les ficelles de la prosopographie », op. cit.. []
  17. Laurens Sylvain, Une politisation feutrée. Les hauts fonctionnaires et l’immigration en France (1962-1981), Socio-Histoires., Paris, Belin, 2009, 348 p ;Spire Alexis, Accueillir ou reconduire : Enquête sur les guichets de l’immigration, Raisons d’agir., Paris, Raisons d’agir, 2008, 124 p ;Genieys William et Hassenteufel Patrick, « Entre les politiques publiques et la politique : l’émergence d’une « élite du Welfare » ? », Revue française des affaires sociales, 2001, no 4, p. 41‑50 ;Demoli Yohann et Willemez Laurent, L’âme du corps. La magistrature française dans les années 2010 : morphologie, mobilité et conditions de travail., Versailles, Laboratoire PRINTEMPS (UMR UVSQ-CNRS), 2019 ;Lecler Romain et Goltrant Yann, « “Faiblesse des viviers féminins” ou “engorgement” masculin des sommets ? Le paradoxe d’une diplomatie féministe qui peine à promouvoir des femmes », Revue française de sociologie, 2021, vol. 62, no 3‑4, p. 367‑412. []
  18. Tanguy Gildas, « « Le préfet dans tous ses états ». Une histoire de l’institution préfectorale est-elle (encore) possible ? », Histoire@Politique, 16 décembre 2015, vol. 27, no 3, p. 124‑145 ;Gervais Julie, La réforme des cadres de l’action publique ou la fabrique d’un « nouveau » corps des Ponts et Chaussées. Impératifs managériaux, logiques administratives et stratégies corporatistes (fin du XXe siècle), Science politique, Université Lumière Lyon 2, 2007, 759 p ;Eymeri-Douzans Jean-Michel, La fabrique des énarques, Etudes politiques., Paris, Economica, 2001, 261 p. []
  19. Bioy X., Eymeri-Douzans J.-M., et Mouton S. (dir.), Le règne des entourages : Cabinets et conseillers de l’exécutif, Presses de Sciences Po, 2015, 876 p ;Siwek-Pouydesseau Jeanne, Le personnel de direction des ministères. Cabinets ministériels et directeurs d’administrations centrales, Armand Colin, 1969, 144 p ;Alam Thomas, Le Mazier Julie, et Sawicki Frédéric, « Quarante ans d’enquêtes prosopographiques sur les membres de cabinets ministériels : quelles problématiques pour quels résultats ? », Revue française d’administration publique, 2018, vol. 168, no 4, p. 751‑769. []
  20. Marry Catherine, Bereni Laure, Jacquemart Alban, Pochic Sophie, et Revillard Anne, Le plafond de verre et l’État : la construction des inégalités de genre dans la fonction publique, Malakoff, Armand Colin, 2017, 222 p ;Favier Elsa, Enarques et femmes. Le genre dans la haute fonction publique, op. cit. ;Jacquemart Alban, Charpenel Marion, Demonteil Marion, Hatzipetrou-Andronikou Reguina, et Marry Catherine, Le genre des carrières. Inégalités dans l’administration culturelle, Les Presses de Sciences Po., Paris, 2022, 208 p ;Azimi Vida, « La féminisation des administrations françaises : grandes étapes et historiographie (XVIIIe siècle ‑ 1945) », Revue française d’administration publique, 2013, vol. 145, no 1, p. 11‑38. []
  21. Eymeri-Douzans Jean-Michel, « Frontière ou marches ? De la contribution de la haute administration à la production du politique », in Jacques Lagroye (dir.), La politisation, Paris, Belin, 2003, p. 47‑77 ;Suleiman Ezra N., Les hauts fonctionnaires et la politique, Paris, Éditions du Seuil, 1976, 237 p. []
  22. Si les directeurs∙rices d’administrations centrales sont explicitement mentionnés dans la Constitution, leur cadre d’emploi n’est paradoxalement que très peu formalisé en droit – malgré une dynamique continue de renforcement de l’encadrement de ces hauts-fonctionnaires.. []
  23. Marry Catherine, Bereni Laure, Jacquemart Alban, Pochic Sophie, et Revillard Anne, Le plafond de verre et l’État, op. cit.. []
  24. Bina Nicolas et Gramaize Léopold, « Programmer les sciences humaines et sociales. Construction d’une base de données prosopographique à l’aide d’un code informatique », Article en préparation, 2023. []
  25. Francony Jean-Marc, « Les techniques du Web-scraping : enjeux méthodologiques », 27 janvier 2020 ;Marres Noortje et Weltevrede Esther, « Scraping the Social? Issues in live social research », Journal of Cultural Economy, août 2013, vol. 6, no 3, p. 313‑335. []
  26. Le choix du site s’est fait sur la base d’une évaluation des différentes ressources analogues disponibles, pour aboutir au meilleur taux de renseignement, et sur un accord écrit de l’éditeur nous autorisant à automatiser la récolte de la donnée.. []
  27. Fretigny Raphaël, Financer la cité. La Caisse des dépôts et les politiques de développement urbain en France, Science politique, Lyon 2 – UMR 5206, Lyon, 2015, 571 p ;Kolopp Sandra, Le Trésor et ses mondes (1966-1995). Contribution à une sociologie relationnelle de l’État, Thèse de doctorat, ENS, 2017. []
  28. Duchesne Sophie et Ferry Maylis, « Is Time ‘on the Side of Change’? Incorporating the GDPR in (some of) our Research Practices », Bulletin of Sociological Methodology/Bulletin de Méthodologie Sociologique, avril 2021, vol. 150, no 1, p. 106‑124. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Collectif des jeunes chercheurs (13 septembre 2023). Objectiver les trajectoires socio-professionnelles. Cas d’étude prosopographique sur les très haut∙es fonctionnaires. Sources à l’œuvre·s. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vs9h


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search