Masculinités, guerre et archives : étudier les émotions des soldats de 1870


Pour citer cet article : Viry Nina, « Masculinités, guerre et archives : étudier les émotions des soldats de 1870 » Sources à l’œuvre·s, 12/11/2023, consulté le [date], https://cjccrulh.hypotheses.org/1127


« Ici je m’arrête un instant afin de dissimuler les larmes que j’ai essuyées en serrant la main de tant d’amis qui, hélas, devaient quelques heures plus tard succomber la plupart d’entre eux aux feux de l’ennemi. »1 écrit Cyrille Jean-Baptiste Rosset dans ses Mémoires d’un prisonnier de guerre 1870-71. Pendant sa captivité à Eubigau, près de Dresde en Allemagne, ce jeune homme originaire du Vaucluse et âgé de vingt-cinq ans raconte comment il a vécu le départ de ses amis pour Colmar alors qu’ils venaient tous de se retrouver à Neuf Brisach (Haut Rhin) à la fin du mois de juillet 1870. Il s’agit d’un des rares passages de ses mémoires qui laisse entrevoir une émotion : sa tristesse.

La guerre entre la France et la Prusse est déclarée le 15 juillet 1870 après des semaines de tensions diplomatiques et politiques. Si, en France, elle est inattendue, elle suscite progressivement une certaine adhésion patriotique. La garde nationale mobile, une armée auxiliaire créée en 1868 sur le modèle de la Landwehr prussienne est appelée sous les drapeaux. Le conflit sépare alors des foyers : des époux ainsi que des pères de famille sont mobilisés. L’armée française est une armée peu et mal préparée qui ne parvient pas à empêcher l’avancée des troupes prussiennes sur le territoire. Malgré la chute de l’Empire, les affrontements se poursuivent et le 19 septembre, la capitale est assiégée. C’est le traité de Francfort, signé le 10 mai 1871, qui met définitivement un terme au conflit.

Bien que la guerre de 1870 ne soit en rien comparable à la Première Guerre mondiale, que ce soit en termes durée, de violence, de nombre d’hommes mobilisés, de blessés et de tués, elle est considérée comme la première guerre moderne2. Les innovations techniques modernisent l’armement et entraînent un accroissement considérable du nombre de blessés et de morts.

Le conflit armé, par son caractère extraordinaire, « agit ici à la manière d’un puissant révélateur. Il donne à voir ce que tait volontiers l’ordinaire des jours, ce qui reste enfoui dans les profondeurs du non-dit. »3. La question du sensible et des affects en temps de guerre a été introduite par Duby et Keegan4 en jouant avec différentes échelles d’analyse pour interroger les comportements humains sur le champ de bataille. Les travaux de Stéphane Audoin-Rouzeau s’inscrivent dans cette approche anthropologique de la guerre5. Si ce renouvellement historiographique a avant tout concerné les conflits du XXe siècle, l’analyse des expériences de guerre avec une approche sensible tend à s’étendre aux autres guerres et notamment à celles du XIXe siècle. Pour les étudier, il semble pertinent de mobiliser des ego-documents, c’est-à-dire des archives produites par les combattants eux-mêmes, telles que des correspondances conjugales ou familiales ainsi que des journaux intimes, des carnets et récits de guerre.

Dès lors comment saisir, cerner, comprendre et expliquer des émotions vécues et décrites vieilles de cent-cinquante-trois ans ? Comment les soldats expriment-ils – ou non – leurs émotions au cours de la campagne militaire ?

L’objectif de ce billet est de questionner la tension entre le dit et l’éprouvé. Il s’agit d’abord de dresser un panel d’émotions – entendues au sens large – vécues et exprimées à partir d’archives du for privé de soldats. Envisagée comme des constructions culturelles, elles doivent être interrogées au regard des normes sociales, notamment en chaussant les lunettes du genre6. Enfin, il sera question du rapport établi entre le·a chercheur·euse et l’archive pour aborder des réflexions méthodologiques et réflexives.

Les émotions vécues et exprimées en temps de guerre

Le spectre émotionnel ressenti et exprimé par les soldats est vaste. Sur le champ de bataille, les plus jeunes d’entre eux ressentent une certaine excitation à l’idée de vivre leur baptême du feu. Cyrille Rosset écrit par exemple au sujet de l’affrontement qui a lieu le 1er septembre 1870 à Chalampé-sur-le-Rhin (Haut Rhin) : « Je me permettrai à propos de cette 1ère sortie d’exprimer en peu de mots la joie et le bonheur que j’ai éprouvé d’avoir enfin reçu le baptême du feu pour la défense d’une patrie chérie. »7. Cet enthousiasme guerrier est également celui du rite de passage, de l’enfance à l’âge adulte. C’est en prenant les armes que le garçon devient véritablement un homme8.

Cette joie s’efface toutefois petit à petit pour laisser place à l’anxiété : la peur de mourir et donc de ne pas retrouver les siens et celle d’être oublié. Ainsi, Julien Sandrin, un soldat du rang âgé de vingt ans, s’inquiète de ne pas recevoir de lettres de la part de ses parents. Il est persuadé que ces derniers l’ont oublié. Conscients des changements physiques que la guerre peut impliquer, comme des blessures ou un amaigrissement, les pères d’enfants en bas âge craignent, eux, de ne pas être reconnus. Alors, ceux qui en ont les moyens se font photographier et envoient les clichés à leur famille en guise d’aide-mémoire.

Par ailleurs, la violence des affrontements et l’imminence de la mort contribuent au renouvellement régulier de l’assurance de l’affection et de l’amour. Dans les correspondances, les surnoms affectueux, les formules de début et de fin ainsi que les signatures sont autant de signes de cet attachement. La lettre devient parfois un substitut du contact amoureux. Robert Surcouf, capitaine dans la garde mobile de Côtes-du-Nord, écrit à son épouse : « Je suis si heureux quand tes bonnes petites lettres m’arrivent que je les embrasse en attendant de le faire sur ta jolies joues [sic]. »9. La lettre en elle-même, en tant qu’objet, témoigne, dans la mesure où elle a traversé le temps, où elle a été conservée, de l’amour mutuel que se portaient ses auteur·trices.

Au cours du conflit, la nostalgie se fait sentir. Nombreux sont les soldats qui éprouvent des difficultés à s’adapter aux nouveaux rythmes de vie, à la discipline militaire et au redressement des corps10. Très vite, la fatigue et la lassitude se font sentir. Les corps et les esprits sont affaiblis par le manque de sommeil, les efforts physiques, par l’été caniculaire puis par l’hiver rigoureux, la famine et des épidémies de typhus ou de dysenterie. Le désir de rentrer chez eux, de retrouver leurs proches nait. Cette nostalgie, considérée au XIXe siècle par les médecins militaires comme une pathologie11, transparaît dans les écrits, en particulier ceux des plus jeunes. Beaucoup d’hommes trouvent le temps long et s’impatientent. Pendant leur captivité en Allemagne, certains comptent les jours qui les séparent de leur retour. Si les Préliminaires de Paix qui stipulent le rapatriement des prisonniers en France sont accueillies dans la joie et le soulagement par les soldats, la nouvelle de la Commune de Paris suscite l’incompréhension et le mécontentement : à peine le pays est-il sorti défait d’une guerre que les Français se battent déjà entre eux. La Commune implique un retard, voire une suspension des rapatriements. De plus, certains, au lieu de rentrer chez eux, sont appelés à servir dans l’armée de Versailles. Cette perspective ne les séduit pas. Le soldat Désiré Louis écrit d’abord : « j’aurais désiré annoncer à ma mère ma rentrée en France, mais cela me fut totalement impossible »12, puis « maintenant, il n’y a plus à douter ; nous allons grossir l’armée de Versailles. Cette nouvelle n’est pas bien accueillie. »13. Robert Surcouf admet dans ses dernières lettres à son épouse qu’il envisage la désertion. C’est cependant la perspective d’être soupçonné de « poltronnerie »14 et non pas le risque d’être exécuté qui l’empêche de passer à l’acte.

Le conflit se solde par une défaite cuisante. Les capitulations après des sièges longs et difficiles comme Metz ou les redditions sont de véritables humiliations. De nombreux soldats sont contraints de se rendre sans s’être battus15. Pour eux, la honte est donc d’autant plus forte.

Le spectre émotionnel des soldats est graduel et si large qu’il nous est impossible de l’évoquer de façon approfondie ici. La peur, la tristesse, la honte et la joie sont autant d’émotions vécues et exprimées. Individuelles ou collectives, elles sont pourtant régulées maîtrisées et régulées.

Absence de traces, absence d’émotions ? Penser les émotions par le prisme du genre

Pendant le dépouillement de ces archives personnelles, on peut être surpris par la monotonie et l’ennui de leurs contenus, par la froideur des descriptions de bataille. Alors que les soldats sont épuisés et par conséquent plus sujets aux débordements émotionnels, aux crises de nerfs, de sanglots ou de panique, il n’en est rien. On peut s’étonner – et ce fut mon cas – du fait que les soldats parlent, en réalité, peu d’eux-mêmes. Dans leurs lettres comme dans les récits et journaux, il est surtout question des déplacements effectués ainsi que de réflexions stratégiques et politiques. Les auteurs parlent plus volontiers des autres, des camarades et des amis rencontrés. L’écriture de soi en temps de guerre laisse paradoxalement peu de place à l’introspection. Il y a là une tension entre le dit et l’éprouvé, entre ce que les soldats choisissent de raconter et ce qu’ils ont véritablement vécu. Dès lors, il apparaît comme nécessaire d’interroger les choix narratifs des épistoliers et diaristes ainsi que leurs motivations. Tous savent que leurs écrits sont destinés à être lus, par la famille, les amis et peut-être par l’ennemi. Il y a des évènements qui ne sont pas racontables, qui sont de l’ordre de l’indescriptible. L’imminence et la proximité de la mort ne peuvent pas forcément être racontées dans les moindres détails. Au-delà des choix narratifs, il convient de se pencher sur le contexte de production des écrits. L’écriture de soi demeure soumise à des codes et à des normes sociales, notamment de classe et de genre.

Le XIXe siècle, qualifié d’« âge d’or de l’intime »16, voit une montée du sentiment individuel et de ses pratiques telles que l’introspection et l’écriture de soi. La littérature, de Goethe à Hugo, qui donne la part belle aux tourments passionnels et émotionnels des hommes s’érige alors en modèle d’écriture17. L’écriture de soi se développe progressivement. Même si en 1870, l’école n’est pas obligatoire, cela n’empêche pas la population française de recevoir une instruction. En effet, la loi Guizot de juin 1833 prévoit que chaque commune ait la charge de l’entretien d’une école primaire élémentaire. Ainsi, vers 1866, un peu moins de 50% des femmes et aux alentours de 70% des hommes savent lire et écrire18. Entre 1863 et 1873, en France, le taux d’illettrisme passe de 30% à 20%19. Il apparaît néanmoins que la tenue d’un journal personnel est une pratique réservée aux classes bourgeoises car elle nécessite des moyens matériels, du papier, une plume et de l’encre ou un crayon, un lieu, une surface plane pour écrire, et surtout du temps.

Par ailleurs, la guerre franco-prussienne, par son caractère inattendu, bouleverse les habitudes. Elle force notamment des hommes peu habitués à la culture de l’écrit et à l’écriture de soi, à prendre la plume, chose qu’ils n’auraient pas fait en temps ordinaire. Les primo-épistoliers, issus de milieux ouvriers, ne sont pas rares. Leurs lettres sont souvent brèves et répétitives. L’écriture d’un journal ou de souvenirs, quant à elle, semble toutefois demeurer l’apanage des milieux lettrés : de nombreux officiers prennent la plume pendant ou après la guerre pour partager leur expérience.

Les émotions sont envisagées comme « un puissant marqueur de genre »20 qui permet de différencier femmes et hommes culturellement. D’après la théorie des humeurs hippocratique, les émotions dites froides et humides (douceur, pudeur et crainte) sont l’apanage du féminin alors que le masculin est du côté des émotions chaudes et sèches (colère, haine, courage)21. Les émotions, leur exacerbation, la profusion de sentiments sont considérées comme des caractéristiques féminines, tandis que la raison et la maîtrise de soi sont masculines. L’institution militaire du XIXe siècle ne fait que renforcer ces divisions genrées tout en produisant un idéal de virilité guerrière dans lequel la bravoure, l’absence de peur face au danger et l’héroïsme sont encouragés. Au contraire, l’absence de courage est moquée.

Tout comme la pudeur bourgeoise peut expliquer la rareté ou l’absence d’émotions dans les écrits des soldats, le modèle militaro-viril, c’est-à-dire l’association des normes et valeurs militaires à la notion de virilité22, peut expliquer celles évoquées – ou non – par les soldats dans leurs écrits personnels. C’est avant tout l’autre qui perd la maîtrise de soi et qui se laisse submerger. À Gravelotte, le lieutenant de la Garde Impériale, François Desponts s’érige en modèle pour ses hommes en leur ordonnant – avec des coups de canne – de retrouver leur calme23. De même, en ce qui concerne les larmes, ce sont généralement les autres, les camarades ou même les femmes rencontrées qui les versent24. Ce sont rarement les auteurs eux-mêmes.

Néanmoins, plus la guerre avance, plus les défaites s’enchaînent, plus le modèle militaro-viril est mis à mal et s’efface. Un de ses points culminants est la capitulation de Metz le 27 octobre 1870. La défaite militaire devient synonyme d’aveu d’impuissance et de faiblesse virile. Le silence de ces sources doit être cerné et interrogé afin d’en comprendre les raisons. À ce titre, la mention de la peur est intéressante. Contraire à l’idéal viril militaire, elle est pourtant présente, par petites touches et souvent euphémisée. Comment cerner cette émotion ainsi que les autres en évitant la surinterprétation ?

Entrer dans l’intimité : réflexions méthodologiques et limites

Les écrits du for privé sont susceptibles de séduire les historien·nes en cela qu’ils semblent donner accès à l’intime des familles, des couples et même des individus. Croire en la candeur et la spontanéité des écrits, en leur caractère inédit et voir en eux une clé de l’intimité est illusoire25. Au sujet des lettres – on pourrait élargir aux journaux et carnets –, l’historienne Cécile Dauphin écrit qu’elles « ne montrent pas l’intime, elles le rendent sensibles »26. Les égo-documents sont des produits de leur temps. Ils sont soumis à des codes sociaux d’écriture. Leurs auteurs font des choix narratifs. Ils passent sous silence des évènements et en mettent d’autres en avant. Il y a des évènements de l’ordre de l’indescriptible : ce qu’ils peuvent faire, subir et voir sur le champ de bataille est d’une violence inouïe. Dès lors, ce qu’ils choisissent de coucher sur le papier révèlent d’ailleurs une certaine mise en scène de soi qu’il convient d’interroger. Ici, ce n’est pas tant la fidélité du récit au réel qui importe mais plutôt comment les auteurs, ici les soldats, perçoivent et racontent la réalité27.

Au-delà des écueils que présente l’histoire de l’intime, l’historicisation des émotions appelle à la prudence. Comment comprendre des émotions vieilles de cent-cinquante ans ? Elles peuvent parfois ne laisser que des signes, des traces écrites comme des yeux qui se mouillent, des larmes qui ne coulent pas28 ou qui sont prestement dissimulées en les essuyant29. En l’occurrence, les larmes sont polysémiques30. Elles peuvent aussi bien indiquer une tristesse de la séparation ou du deuil, un mal du pays, un sentiment impuissance, une rage qu’une grande fatigue ou une douleur liée à une blessure ou à la faim.

En étudiant les émotions en tant que construction sociale, le risque pour l’historien·ne est l’anachronisme, c’est-à-dire de calquer sa propre grille de lecture, ses propres catégories et valeurs sur les récits. Dans la mesure où l’empathie semble inévitable, l’historien·ne étant ancré·e dans son temps31, une démarche compréhensive s’impose. Ainsi, ce que je peux trouver émouvant maintenant l’était-il en 1870 ? Et inversement, ce qui était émouvant en 1870-1871 l’est-il encore ? Le·a chercheur·cheuse se doit d’être conscient·e de sa propre subjectivité. Au cours de mon travail de recherche, il m’est arrivé plus d’une fois de ressentir des émotions, notamment de la peine et de l’affection pour les soldats que j’ai pu rencontrer. Je me suis récemment rendue au musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion à Gravelotte, à quelques kilomètres de Metz. En chemin, j’ai été frappée par les nombreuses croix marquant l’emplacement de tombes de soldats qui font de Gravelotte un cimetière. Un sentiment bien particulier s’est emparé de moi, entre solennité et tristesse en pensant à l’horreur qu’environ trois cent mille hommes ont pu vivre et voir ici, mêlée à une légère excitation presque morbide d’être là.

Si les archives du for privé témoignent des émotions ressenties par leurs auteur·trices, elles constituent en elles-mêmes des objets vecteurs de sentiments plus récents. Souvent, elles sont encore la propriété des ayants-droits et des descendant·es des soldats. Cela signifie que pour les utiliser à des fins scientifiques, il est nécessaire d’obtenir l’autorisation de ces dernier·ères. Au cours de nos échanges, j’ai compris que ces archives s’inscrivaient dans une mémoire familiale forte. J’ai également senti leur besoin de rendre hommage, de (re)donner la parole à un aïeul oublié de l’histoire. Il me faut alors être consciente de cet attachement sans pour autant le laisser me submerger et diriger mon travail d’analyse.

*

La guerre de 1870 par sa violence inattendue et inouïe force des hommes à prendre la plume pour eux-mêmes, pour leur famille ou de potentiel·les lecteur·trices. Dans leurs lettres, leurs récits ou leurs journaux, ils se racontent. Mais travailler sur les sensibilités, les émotions et les affects suscite des réflexions méthodologiques. En effet, l’écriture de soi est une pratique sociale dont il convient d’interroger les codes. Ces sources doivent donc être replacées dans leur contexte de production, critiquées et croisées. Une démarche réflexive me semble en outre indispensable. Au sujet de l’interprétation des traces et des émotions, Clémentine Vidal Naquet écrit très justement : « Car pour ressentir à la lecture de ces missives dérobées plaisir ou gêne, tendresse ou irritation, pour que s’esquisse sur notre visage un sourire, pour que nos sourcils se froncent ou s’étonnent d’un mot maladroit, d’une phrase osée, de formules inattendues ou au contraire étrangement familières, ne faut-il pas que ce soit note propre intimité qui, surtout, résonne ? »32.

Notons qu’il existe un angle mort : la question des émotions procurées par la réception des lettres envoyées du front. Des larmes de tristesse ou de soulagement ont-elles été versées ? De la joie ? De l’amusement ? Rares sont les lettres des parents, des épouses et des enfants qui ont été conservées. Des silences demeurent. Ici l’historien·ne est tributaire des choix de conservation faits.

Les émotions sont donc présentes, par petites touches dans les lettres et récits. Bien souvent, l’historien·ne doit lire entre les lignes en adoptant une démarche compréhensive. L’écriture de soi en temps de guerre ne laisse que peu de place au « je » et à ses tourments. Ainsi, pour comprendre et expliquer ces silences, il apparaît nécessaire d’interroger les normes sociales qui régissent société civile et société militaire. Les soldats de 1870 sont déchirés entre un ethos guerrier produit par le modèle militaro-viril et l’horreur de la réalité des champs de bataille. Étudier les émotions dans ce contexte met non seulement en lumière la façon dont les soldats composent et négocient avec leur identité de genre mais aussi la tension entre le dit et l’éprouvé.

Nina Viry

Bio-bibliographie

Nina Viry est doctorante en deuxième année au laboratoire LIR3S de l’Université de Bourgogne. Elle prépare une thèse dirigée par Odile Roynette intitulée “Masculinités combattantes à l’épreuve de la guerre franco-prussienne (1870-1873). Elle étudie les expériences de guerre des soldats français et allemands en 1870-1871 par le prisme de l’histoire du genre, de l’intime et des émotions. Elle est spécialisée sur les questions de genre et de masculinités au XIXe siècle.

Autres publications de l’autrice

VIRY Nina, « Jean-Louis Spieser et Thierry Fuchslock, Lettres à Elise. Une histoire de la guerre de 1870-1871 à travers la correspondance de soldats prussiens, Paris, Éditions Pierre De Taillac, 2020, 424 p. », Territoires contemporains – nouvelle série [en ligne], 23 février 2023, disponible sur : http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/prodscientifique/TC.html.

  1. Association pour l’autobiographie et le Patrimoine autobiographique (APA), APA 1537.00 – ROSSET Cyrille Jean-Baptiste, « Mémoires d’un prisonnier de guerre 1870-1871 », 1871 []
  2. KÖNIG Mareike, ROYNETTE Odile, « Introduction. Être en guerre (1870-1871) : les formes d’un réexamen », Revue d’histoire du XIXe siècle, juin 2020, pp. 75-89. []
  3. MAZUREL Hervé, « Enthousiasmes militaires et paroxysmes guerrier » in CORBIN Alain, COURTINES Jean-Jacques, VIGARELLO Georges (dir.), Histoire des émotions : des Lumières à la fin du XIXe siècle, t.2, Paris, Éditions du Seuil, 2016, p. 227. []
  4. Je pense notamment à DUBY Georges, Le Dimanche de Bouvines, 27 juillet 1214, Paris, Gallimard, 1973, 302 p. et KEEGAN John, Anatomie de la bataille, Paris, Robert Laffont, 1993, 324 p. []
  5. AUDOIN-ROUZEAU Stéphane, « Vers une anthropologie historique de la violence de combat au XIXe siècle : relire Ardant Du Picq ? », Revue d’histoire du XIXe siècle, 30, 2012, pp. 1-12. []
  6. Expression utilisée par la sociologue Isabelle Clair. []
  7. Association pour l’Autobiographie et le Patrimoine Autobiographique, APA 1537.00 – ROSSET Cyrille Jean-Baptiste, « Mémoire… op. cit., p. 9. []
  8. ROYNETTE Odile, « L’uniforme militaire au XIXe siècle : une fabrique du masculin », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 36, 2012, p. 123. []
  9. Association pour l’Autobiographie et le Patrimoine Autobiographique, APA 2420.00, 2 R 24 – SURCOUF Robert, « Lettre à Élisabeth Surcouf », 27 février 1871. []
  10. AUDOIN-ROUZEAU Stéphane, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècle), Paris, Éditions du Seuil, 2008, p. 284. []
  11. ROYNETTE Odile, « Bons pour le service ». L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 2000, pp. 31-32. []
  12. LOUIS Désiré, Souvenirs d’un prisonnier de guerre en Allemagne (1870-1871), F. Juven, Paris, 1898, p. 195. []
  13. LOUIS Désiré, Souvenirs d’un prisonnier… op. cit., p. 200. []
  14. Association pour l’Autobiographie et le Patrimoine Autobiographique, APA 2420.00, 2 R23 – SURCOUF Robert, « Lettre à Élisabeth Surcouf », 16 février 1871. []
  15. ROYNETTE Odile, « 500 000 prisonniers », L’Histoire, 469, mars 2020, p. 57. []
  16. DIAZ Brigitte, DIAZ José-Luis « Le siècle de l’intime », in COUDREUSE Anne, SIMONET-TENANT Françoise (dir.), Pour une histoire de l’intime et de ses variations, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 117. []
  17. LYON-CAEN Judith, « Le « je » et le baromètre de l’âme » in CORBIN Alain, COURTINES Jean-Jacques, VIGARELLO Georges (dir.), Histoire des émotions… op. cit., p.169. []
  18. LYONS Martyn, Le triomphe du livre, Éditions du Cercle de la Librairie, 1987, pp. 25-42. [En ligne]. []
  19. LYONS Martyn, Le triomphe… op. cit., p. 96. []
  20. BOQUET Damien, LETT Didier, « Les émotions à l’épreuve du genre », Clio. Femmes. Genre. Histoire. 47, septembre 2018, p. 7. []
  21. BOQUET Damien, LETT Didier, « Les émotions à l’épreuve… op. cit., p. 7. []
  22. MARLY Mathieu, « L’armée rend-elle viril ? Réflexion sur le « modèle militaro-viril » à la fin du XIXe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 47, 2018, pp. 229-247. []
  23. DESPONTS François-Laurent, Des murailles de Metz aux barricades de Paris. Carnets de guerre d’un officier de la Garde Impériale, Archives départementales du Gers (éd. Pierre Debofle), Auch, 2001, pp. 58-59. []
  24. VIDAL-NAQUET Clémentine, « Ecrire ses émotions. Le lien conjugal dans la Grande Guerre », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 47, 2018, p. 124. []
  25. DAUPHIN Cécile, « Les correspondances comme objet historique. Un travail sur les sources », Sociétés et Représentations, 13, 2002, p. 47. []
  26. DAUPHIN Cécile, « Les correspondances… op. cit., p. 47. []
  27. KROUCK Corinne, « Stratégies d’écritures et représentations de la guerre. L’exemple des combattants de 1870 », Sociétés et Représentations, 13, 2002, p. 117. []
  28. LOUIS Désiré, Souvenirs d’un prisonnier… op. cit., p. 11 et p. 51. []
  29. Association pour l’Autobiographie et le Patrimoine Autobiographique, APA 1537.00 – ROSSET Cyrille Jean-Baptiste, « Mémoire… op. cit., p. 7. []
  30. VIDAL-NAQUET Clémentine, « Écrire ses émotions… op. cit., p. 124. []
  31. BLOCH Marc, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1949, 110 p. []
  32. VIDAL-NAQUET Clémentine, « Les sujets de l’intime », Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales, 6, 2019, p. 82. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Collectif des jeunes chercheurs (12 novembre 2023). Masculinités, guerre et archives : étudier les émotions des soldats de 1870. Sources à l’œuvre·s. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vs9j


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search