Mourir avec Napoléon : ambiguïté et mise en scène napoléonienne de l’émotion


Pour citer cet article : Menzin Marin, « Mourir avec Napoléon : ambiguïté et mise en scène napoléonienne de l’émotion » Sources à l’œuvre·s , 12/11/2023, consulté le [date]. https://cjccrulh.hypotheses.org/1176


« Ouf ! Il est mort. On va donc enfin pouvoir parler de lui. […] Ce n’est plus un événement, c’est une nouvelle. » C’est par cette sentence pleine de cruelle ironie que débute le célèbre film « Napoléon » de 1955, prononcée à propos de la mort de l’empereur par Sacha Guitry incarnant Talleyrand1. La nouvelle de la mort de Napoléon, en effet, ne produisit qu’un vague sentiment d’émotion, estompé par deux mois de décalage avec le 5 mai 1821, date de sa mort sur l’île de Sainte-Hélène, et par six années d’exil, d’oubli et de discrétion des derniers partisans de Bonaparte. Cette « nouvelle » donc, ne devint en réalité un événement qu’avec la légende napoléonienne qui s’installa avec la publication du Mémorial de Las Cases (s’arrêtant en 1816 donc ne relatant pas la disparition de l’empereur), puis avec les images et récits se diffusant tout au long du XIXe siècle. L’émotion et la mémoire de la mort de Napoléon ne doivent en fait leur existence qu’à une historiographie favorable et à une légende travaillée et préparée par le défunt lui-même qui n’avait cessé de goûter à la mise en scène de sa personne.

De la mort des « grands hommes », on retient surtout les derniers instants largement représentés et racontés, alimentant les chroniques historiques de leurs temps, profitant à leurs successeurs ou de toute façon à leur vie mémorielle. Ainsi des assassinats de Jules César ou d’Henri IV qui, en dépit des époques et circonstances éloignées, contribuèrent à forger le mythe héroïque et politique de leur victime. Ainsi de Molière que l’on croit toujours mort sur scène en prononçant sa réplique, symbole éternel du comédien total. Ainsi de l’agonie de Louis XIV, terme déchirant d’un règne et d’un souverain qui n’en finissaient pas, si longtemps commentée et mise en scène comme dernière haute représentation du métier de roi. Ainsi enfin de la mort de Napoléon, transformée en martyr d’une captivité politique dont l’Angleterre devait être rendue responsable aux yeux de l’Histoire.

Ces grands noms ont souvent éclipsé la mort de leurs grands serviteurs. Colbert, Louvois et Vauban moururent tous avant le roi, mais, à en croire l’Histoire ainsi présentée, pour ne faire qu’augmenter la solitude du grand roi vieillissant, d’autant plus grandi par cette dernière.

C’est encore plus vrai pour Napoléon. Nombre de ses lieutenants disparurent au combat tout au long de son règne. La chute de l’Empire venant, les héros défunts pouvaient alors se rappeler au souvenir de l’empereur isolé face à la fronde de ses institutions et à la lassitude des maréchaux encore présents, pour mieux le montrer seul face aux dangers qui menaçaient la France.

Pourtant, en dépit de l’image omniprésente de l’empereur, la mort des grands officiers de l’armée fut l’occasion de réactions d’émotion et d’une activation mémorielle importante au travers des voix officielles du régime tout autant que des écrits plus tardifs et de l’implication des Arts.

Revenons sur quelques exemples significatifs de l’émotion et de la mémoire de la mort des officiers généraux sous le Premier Empire.

Les morts de Muiron, Kléber et Desaix, prémices et ambiguïtés du culte des héros par Bonaparte.

Forgeant son image de héros de la République sur son action lors de la bataille d’Arcole (15-17 novembre 1796), le jeune général Bonaparte y avait pourtant frôlé la mort et ne devait son salut qu’au dévouement de son aide de camp, le colonel Muiron. Fauché par la mitraille autrichienne, Muiron avait fait rempart de son corps pour protéger Bonaparte. Ce fatal dévouement ne fut jamais oublié par Bonaparte. La mort de Muiron, plus connu pour être le proche ami de Bonaparte qu’un grand militaire, fut donc exploitée et donna lieu aux premiers actes mémoriels du général révolutionnaire. Quelques temps après la mort de son ami, Bonaparte fit baptiser une frégate au nom du défunt héros et c’est sur ce même navire qu’il quitta l’Égypte en 1798. Échappant à la vigilance de la flotte anglaise, la Muiron permit à Bonaparte et son entourage de regagner la France en secret ; elle devenait alors le symbole de la bonne étoile du futur empereur. Le colonel Muiron mort, c’est la frégate portant son nom qui continua de le faire vivre et de recevoir les attentions de Napoléon. Ainsi, en 1803 fait-il réaliser une reproduction miniature du navire qu’il disposa dans son cabinet de travail avant d’ordonner en 1807 que la frégate demeure au port de Toulon « comme un monument », ajoutant à ses instructions : « et placée de manière à ce qu’elle se conserve, si possible plusieurs centaines d’années. […] J’éprouverais une peine superstitieuse s’il arrivait un malheur à cette frégate2. »

C’est en 1800 – Bonaparte est alors Premier consul – que deux morts significatives vont marquer les esprits du temps et donner lieu à différentes appréciations mémorielles. Le 14 juin de cette année, les généraux Kléber et Desaix trouvèrent la mort, le premier en Égypte, le second sur le champ de bataille de Marengo en Italie.

Laissé à la tête de l’Armée d’Orient, Kléber avait réussi à administrer l’Égypte conquise par Bonaparte, après avoir dû affronter révoltes et armées ennemies. Héros des armées de la Révolution, son ardeur républicaine et son génie militaire pouvaient aisément le placer en opposant de Bonaparte. Le 14 juin 1800 donc, il fut assassiné par un étudiant du Caire. Sa mort ne fut connue que plusieurs semaines plus tard en France et ne fit l’objet de quasiment aucune réaction officielle. La mort du héros républicain, fort de l’amour de ses troupes acquis lors des guerres de la Révolution et auréolé de son ministère en Égypte, gênait. Bonaparte venait en effet de rehausser son prestige par sa victoire à Marengo qui lui permettait de faire taire les oppositions et de lui ouvrir la voie au Consulat à vie. On fit donc le choix de célébrer un autre héros, mort ce même 14 juin 1800, à cette même bataille de Marengo : le général Desaix.

Comme Kléber, Desaix avait fait ses armes dans les armées du Rhin, faisait foi de républicanisme et s’était couvert lui aussi d’un sérieux prestige en Égypte. Sa mort à Marengo correspondait cependant au triomphe du Premier consul qui décida donc de l’associer à la victoire. Quand le corps de Kléber, ramené en France, demeurât à Marseille et dû attendre 1818 avant de regagner Strasbourg et d’y être inhumé en 1840, celui de Desaix fut l’objet de toutes les attentions du pouvoir.

L’émotion de Bonaparte à la mort de Desaix s’exprime dans une lettre aux consuls Cambacérès et Lebrun : « je suis dans la plus profonde douleur de la mort de l’homme que j’aimais et que j’estimais le plus » (une précédente version précisait davantage : « Je suis inconsolable de la mort de Desaix. […]. Sa mère, la République perdent beaucoup mais je perds plus qu’elles. […] La nature l’avait destiné à une grande carrière, paraissant avoir de grands projets sur lui. »3

Le futur général et ministre de la Police, Savary, alors aide de camp de Desaix commande un portrait de son général au peintre italien Andrea Appiani, proche du régime napoléonien. Représenté en civil et de profil, aux côtés de ses mamelouks, Desaix y apparaît magnifié pour la postérité. L’artiste masque ses cicatrices du visage, marques de ses blessures au combat, mais s’inspire de l’empreinte mortuaire prise du visage, lui donnant ainsi une pâleur quasi noble pour rappeler la pureté du militaire qui avait acquis le surnom de « Sultan juste » en Égypte.

Le Troisième consul de la République, Lebrun, commanda lui aussi un tableau représentant la mort du général Desaix à Marengo au peintre Jean-Baptiste Regnault mais, de façon à faire rejaillir un peu de la gloire du héros, le fit représenter tombant dans les bras de son propre fils, alors aide de camp de Desaix.

La mémoire de Desaix est alors l’objet de toutes les attentions du régime en place. Napoléon forme le vœu que le corps du général qui lui a apporté la victoire à Marengo repose au cœur des Alpes ; là où il avait participé à la grande traversée vers l’Italie, là où le Premier consul s’était fait représenter en conquérant à cheval, manteau au vent et regard calme, sur un célèbre portrait. Desaix repose donc à partir de 1805 au col du Grand-Saint-Bernard, dans un mausolée sculpté à sa gloire et inauguré en présence du maréchal Berthier, représentant l’empereur.

De même, plusieurs monuments et fontaines lui rendant hommage seront érigés sous l’Empire et au cours du XIXe siècle, notamment une statue colossale, place des Victoires à Paris. Si celle-ci devait, dans un projet initial, faire figurer Desaix et Kléber côte à côte, en héros triomphants tombés le même jour, on abandonna finalement la représentation de Kléber qui, décidément, était demeuré gênant. Desaix fut donc représenté seul, par une statue de 5 mètres de haut, en romain, presque nu, et accompagné d’un obélisque égyptien. Le monument fut inauguré par Napoléon le 15 août 1810, avant de disparaître à la Restauration.

On voit donc, à travers ces deux exemples des morts de Kléber et Desaix (Muiron étant mis à part), combien l’émotion et la mémoire de ces hommes furent malléables et propres à l’expression d’un sentiment politique ardent. Morts le même jour, les deux généraux aux parcours si semblables, n’eurent pourtant pas droit à une même expression de leur postérité.

C’est pourtant l’art qui va finir par les réunir dans une composition romantique restée dans les annales.

On commanda à Anne-Louis Girodet en 1801 une toile en lien avec le mythe nordique du barde Ossian ; commande qui accoucha dans l’esprit du peintre d’une « Apothéose des héros français morts pour la Patrie pendant la guerre de la Liberté. » Cette toile aux aspects ésotériques montrait bien en effet le vieux barde Ossian recevant les morts glorieux en son paradis. Girodet leur donna le visage des généraux Desaix, prêt à embrasser Ossian qui l’accueille ; Kléber, portant les trophées de ses victoires ; Marceau ; Caffarelli ; Hoche ; Joubert ; Dugommier, … tous fervents républicains, ayant précédés la renommée de Bonaparte encore balbutiante par leurs exploits dans les armées de la Révolution. Ce dernier se trouva ainsi fort étonné de voir cet attelage républicain ainsi représenté sur une toile destinée à décorer ses propres salons dans sa résidence de La Malmaison4.

Girodet faisait ainsi une forte démonstration de son attachement aux idées républicaines, réhaussant l’émotion étouffée à la mort de ces généraux par cette composition complexe, alliant mythes anciens et symboles français, symbolique de l’immortalité et rêves du peintre.

Ainsi, l’art fit-il ici entrer ceux qui, tombés au service de la République, ne pouvaient plus vivre que par une mémoire contrainte par le pouvoir consulaire qui s’établissait dans sa propre mythologie.

Lannes et Duroc, l’entourage de l’empereur dans la mort.

22 mai 1809, 22 mai 1813. Ces deux dates marquent, chacune à leur façon, une rupture dans l’histoire du Premier Empire. Arrivé au pouvoir entouré de plusieurs fidèles, en grande majorité militaires, Napoléon s’y est maintenu en les gardant autour de lui, pour certains jusque dans son intimité. Cette garde rapprochée fut notamment formée de deux personnages : le maréchal Jean Lannes et le général Duroc.

Le premier a fait ses armes comme engagé volontaire dans les armées révolutionnaires où il a gagné ses galons d’officier supérieur par sa bravoure au combat, avant de se lier à Bonaparte en 1796. Sabreur, meneur d’hommes, présent à toutes les grandes batailles et contributeur principal de nombreuses victoires, élevé à la dignité de maréchal dès la première promotion de 1804, Lannes n’en fut pas moins un officier réfléchi, qui ne transigea jamais avec un franc-parler redouté et qui ressentit de plus en plus un dégoût affiché de la violence des guerres.

Duroc affichait un tout autre profil. Issu de la petite noblesse d’Ancien Régime, il fit son apprentissage dans les écoles militaires royales et épousa la carrière d’artilleur en pleine Révolution. Sa rencontre en 1793 avec Bonaparte lui fit rencontrer sa destinée : il ne quitta plus jamais le futur empereur jusqu’à en devenir le principal collaborateur, à la cour comme dans le secret des cabinets de travail, en obtenant la prestigieuse fonction de grand-maréchal du Palais. Dévoué, Duroc avait alors la confiance aveugle du souverain et devint l’artisan des manœuvres secrètes, des négociations officieuses en même temps que le metteur en scène de la gloire du régime. Son influence fut certainement parmi les plus importantes dans la quasi-totalité des domaines politiques, militaires et civils.

Le 22 mai 1809, au soir de la difficile bataille d’Essling, le maréchal Lannes fut frappé par un boulet autrichien perdu qui vint lui briser les jambes. Transporté à l’arrière, Lannes agonisa jusqu’au 30 mai. Tardivement, l’empereur vint lui rendre visite pour recueillir ses ultimes paroles.

Quatre ans plus tard, le 22 mai 1813, c’est Duroc qui est à son tour grièvement frappé. Alors qu’il chevauchait à la suite de Napoléon avec l’état-major, un boulet russe vint lui déchirer le bas-ventre, pour le faire agoniser jusqu’au lendemain matin où il expira. Napoléon était accouru à son chevet dans la soirée et avait eu une longue dernière conversation avec son ami.

Si de nombreux autres officiers supérieurs ont trouvé la mort sur les champs de bataille de l’Empire ou des suites de leurs blessures (on pense ici notamment aux généraux d’Hautpoul en 1807 ; Espagne, Saint-Hilaire et Lasalle en 1809 ; Dorsenne, Gudin, Lariboisière, et Caulaincourt en 1812 ; Eblé et Junot en 1813…), la disparition de Lannes marqua les esprits parce qu’elle touchait un maréchal que l’on savait proche de Napoléon depuis la première campagne d’Italie et qui n’avait cessé de faire ses preuves au combat. Sa blessure mortelle reçue à Essling coïncidait aussi avec la première bataille manquée de Napoléon. L’issue indécise de la bataille d’Essling voyait le sentiment de première défaite renforcée par la perte de Lannes qui éprouva l’empereur et son entourage.

Seulement, Napoléon, bien qu’affichant son affection pour le maréchal qu’il perdait, attendit une semaine avant de se rendre au chevet de Lannes, pour ne recueillir que ses dernières paroles.

C’est la peinture qui, à nouveau, fit de l’événement un marqueur mémoriel arrangé pour le récit qu’on voulait en laisser à l’Histoire. Il s’agissait alors, pour la peinture officielle et par la volonté du régime, de rendre compte avant tout des sentiments de l’empereur, magnanime et humain devant la mort d’un de ses compagnons d’armes, prenant sur lui la peine ressentie par l’armée et la Patrie. Ainsi, la mort du maréchal Lannes fut le décès le plus représenté de la période napoléonienne.

On compte principalement quatre tableaux importants montrant la mort de Lannes : deux toiles, des peintres Pierre-Narcisse Guérin et Albert-Paul Bourgeois, commandées directement après les faits notamment pour le Salon de 18105 ; et deux autres, de Dorian et Émile-Paul Boutigny, datées de 1858 et 18916, correspondant à la perpétuation du mythe napoléonien au cours du XIXe siècle. Reprenant toutes le même schéma de mise en scène, ces toiles montrent le maréchal Lannes agonisant – portant encore son uniforme, parfois l’épée à la main dans un geste héroïque – tenu dans les bras de l’empereur ayant accouru pour voir son ami. On cherche à exacerber l’émotion du spectateur en concentrant la lumière sur ces deux principaux protagonistes, en insistant sur le teint blafard du mourant et les traits affligés, le visage baissé du souverain.

Pour exalter la figure du héros militaire donnant sa vie pour l’Empire, on efface la vérité des derniers instants, de la blessure reçue au soir du combat par un boulet perdu l’agonie passée dans la souffrance et la solitude, loin du champ de bataille pour ne plus montrer que le soldat digne dans la mort, recevant l’ultime accolade sur le champ de bataille, entouré d’un aréopage de militaires formé tout à la fois par d’autres maréchaux et officiers et par de simples soldats, symbole de l’effacement des grades dans la mort et de passant le message de la méritocratie chère à l’œuvre napoléonienne : « Chaque soldat a dans sa giberne un bâton de maréchal. »7

Le modèle sera reproduit de différentes façons : en 1829, l’imagerie Pellerin d’Épinal publie une image représentant le moment de la blessure de Lannes lors des combats, en l’absence donc de Napoléon. Cette version est rapidement remplacée par la vision officielle qui doit être transmise : les derniers instants du maréchal dans les bras de Napoléon. Le sujet n’est plus tant la mort du maréchal que la compassion du souverain8. L’émotion ressentie à la mort de Lannes doit pouvoir rejaillir sur la popularité impériale.

1809 marqua donc un tournant dans la gestion des émotions face à la guerre. Plus tôt, les morts de Desaix et Kléber, nous l’avons vu, avaient connu un traitement on ne peut plus politique, ne traduisant finalement que la volonté d’un régime encore balbutiant mais qui posait les bases de l’entretien de son image. La mort de Lannes et la crainte du doute s’insinuant dans les esprits après la bataille d’Essling forcent le régime impérial à contenir les craintes en y répondant par l’héroïsation des braves. Plus encore que les tableaux montrant la mort de Lannes, c’est aussi l’absence de commande d’une grande toile rappelant Essling qui montre combien on a voulu masquer cet échec militaire en faisant intervenir l’émotion de la mort du maréchal. Et c’est enfin en 1812 qu’une ultime toile est commandée pour montrer encore la proximité de l’empereur avec ses hommes et son humanité devant les victimes de la guerre : Le Retour de Napoléon dans l’île Lobau après la bataille d’Essling par Charles Meynier achève de faire du rapport de Napoléon à la mort de ses soldats un sujet-archétype de la veine néoclassique des peintres de l’Empire9. Se tournant vers une foule de blessés représentés à demi nus, Napoléon jette un regard triste vers ces hommes entourés de médecins, tendant sa main vers eux comme une réponse aux bras qui se tendent vers l’empereur qui leur apparaît comme leur seul salut. Le peintre reprend par-là la posture montrée dans le célèbre tableau de Gros montrant Napoléon sur le champ de bataille d’Eylau au lendemain des combats10. C’est un morituri te salutant moderne, à la gloire de Napoléon. Présentée l’année de la campagne de Russie dont on connait les conséquences, cette toile de Meynier masque la réalité de la guerre et estompe la lassitude ou la colère des soldats pour ne célébrer qu’un dévouement unanime que la légende napoléonienne ne cessera de reprendre à ses frais.

Cette mise en scène, riche et travaillée, ne sera reprise qu’avec parcimonie par le régime impérial. Il n’était pas besoin de déployer un tel spectacle tant que les bulletins de la Grande Armée, dictés par l’empereur et arrangés par le majors-général Berthier ou le grand-maréchal Duroc, continuaient de faire le récit glorieux des campagnes de l’empereur et que les pertes n’étaient ressenties que par la mort de grands officiers dont on vantait les mérites par des références à l’antiquité et aux grands capitaines (en 1810, le corps du maréchal Lannes est porté aux Invalides pour y recevoir les honneurs militaires. Il est déposé, dans une référence non dissimulée, auprès du tombeau de Turenne, avant de rejoindre le Panthéon pour y reposer selon la volonté de l’empereur11 ).

Ainsi, la mort de Bessières, survenue le 1er mai 1813, deuxième maréchal à tomber au champ d’honneur, ne reçut-elle pas les mêmes démonstrations passionnées en dépit de ses services connus et appréciés auprès de l’empereur. Peut-être s’agissait-il de ne pas éveiller de nouveaux doutes, trop tôt apparus, après le retour de Russie et à l’ouverture même de cette nouvelle campagne qui s’annonçait si difficile et incertaine.

Le 23 mai 1813 pourtant, la mort du général Duroc, grand-maréchal du Palais, frappé par un boulet la veille, força Napoléon à exprimer ses sentiments car il ne s’agissait plus seulement d’un nouvel officier tué mais de son plus proche et influent collaborateur à la tête de l’État. Il n’attendit pas cette fois que son compagnon ferma les yeux pour se rendre à son chevet, allant même jusqu’à interrompre ses ordres et à quitter le champ de bataille pour aller soutenir son indispensable officier. La mémoire de ce tragique événement n’a échappé à aucun contemporain, tous soucieux de rapporter le récit de la mort de Duroc dans leurs écrits.

La tournure des événements au cours de l’année 1813 empêcha Napoléon de faire réaliser les grandes obsèques qu’il destinait à Duroc et de commander une grande toile commémorative (encore que son attachement personnel à l’homme le retînt peut-être de céder à cette démonstration). Mais c’est dans ses lettres que l’on trouve pour la première fois l’expression d’une telle émotion. Sa lettre à l’impératrice Marie-Louise est éloquente : « Il est mon ami depuis 20 ans […] C’est une perte irréparable, la plus grande que je pouvais faire à l’armée12. »

Dans l’état-major et à la cour, la consternation est unanime :

Le maréchal Davout y revient par trois fois dans sa correspondance à son épouse entre le 29 mai et le 6 juin 1813 : « Cette perte est irréparable pour l’empereur. J’ai lu la relation de ses derniers moments ; ce récit a renouvelé ma douleur, il m’a fait verser des larmes comme un enfant13. »

Fabvier, aide de camp du maréchal Marmont, se livre à son frère : « J’étais hors de moi. […] La consternation est générale dans l’armée. Tout le monde l’aimait. » puis quelques jours plus tard : « Mon maréchal a été le voir […] ils se sont fait des adieux à arracher des larmes14. »

Fait assez rare, un officier du rang – le capitaine de la Garde, Jean-Roch Coignet – nous livre le sentiment ressenti au moment de la mort de Duroc : « Jamais on ne vit scène plus déchirante ; aucun de ceux qui en étaient témoins ne put contenir son émotion15. »

C’est enfin de nouveau l’Imagerie d’Épinal qui conserva le souvenir de la mort de Duroc en reprenant la composition utilisée pour la mort de Lannes. Porté par quelques grenadiers anonymes sur un lit de fortune, Duroc, le bas ventre déchiré, affiche une posture digne et un visage de fermeté (comme pour mieux lui conserver les traits de caractère qu’on lui connaissait) recevant l’empereur affligé, et une foule d’officiers venus assister leur infortuné compagnon. En l’absence d’autres représentations officielles, c’est cette image populaire qui demeure la plus fameuse illustration de la mort de Duroc, au milieu d’une multitude de gravures venues illustrer les livres et les gazettes et installer la mémoire de cet officier sur le célèbre récit du bulletin de la Grande Armée.

Si Napoléon avait refusé les Invalides à Lannes pour lui préférer le quasi-anonymat du Panthéon, au milieu des figures républicaines de la Révolution et des grands serviteurs de l’Empire, il les offrit sans hésiter à son grand-maréchal Duroc. Celui qui n’avait pas été un militaire reconnu comme tel entrait ainsi aux côtés de Turenne et Vauban que Napoléon avait fait ramener dans cet hôtel de la gloire de Louis XIV, comme pour ressusciter l’âme de ces deux grands militaires et la mettre au service de l’Empire tendant la main au souvenir de l’Ancien Régime.

En faisant placer le corps de Duroc sous le dôme des Invalides, l’empereur lui conservait une gloire toute personnelle qui devait ainsi marquer le souvenir de son ami. En 1840, ce fut au tour de Napoléon lui-même de venir reposer aux Invalides, plaçant Duroc en éternel gardien du tombeau, immortel serviteur à l’ombre de l’empereur défunt.

Le 5 mai 1821, au terme de six années d’exil, Napoléon Bonaparte meurt. Entouré des derniers fidèles à l’avoir accompagné dans sa chute, il a rédigé son testament et mis en scène son agonie, pour que la mort soit son dernier combat, sa dernière victoire aux yeux de l’Histoire. Avant lui, en France, le maréchal Berthier est mort en tombant d’une fenêtre, les maréchaux Ney et Murat sont morts, victimes de leurs errements politiques, le maréchal Brune a été lynché en Provence. Le corps des maréchaux s’est réduit et leur mort a été prétexte à des émotions différenciées : Ney devient un martyr bonapartiste alors même qu’il avait montré son détachement vis-à-vis de l’empereur, que Louis XVIII ne voulait pas faire d’exemple et qu’il meurt par l’erreur d’avoir voulu assurer lui-même sa défense. Ceux qui ne sont pas morts et qui ne trouvent pas d’emploi sous la Restauration subissent leur mort politique et se retirent dans une quasi-indifférence. Mourir pour ou avec Napoléon, ce fut donc s’offrir à une mise en scène des émotions dictées par une volonté politique et historique à l’esprit de l’empereur. En érigeant ses compagnons d’armes tombés en champ d’honneur en héros inspirés de l’Antique ou en écartant minutieusement de la mémoire qu’il bâtissait ceux qui n’entraient plus dans cette ligne, Napoléon a montré une fois de plus combien il savait agir sur l’Histoire. Convoquer l’émotion pour la rendre officielle ou l’ignorer pour mieux banaliser la mémoire, c’était en définitive toujours agir sur l’Histoire pour la mettre à son service. Ainsi, Napoléon employa l’émotion au même titre que ses victoires ou les Arts pour agir sur la destinée d’un récit dont il entendait seul être l’auteur.

Marin Menzin

Biobibliographie

Marin Menzin, doctorant en Histoire à l’Université de Lorraine, consacre ses travaux de recherches au général Duroc (1772-1813), grand-maréchal du Palais de Napoléon, sous la direction de Laurent Jalabert, et plus largement aux aspects politiques, militaires et artistiques de la période napoléonienne et du XIXe siècle. Lauréat des bourses d’études de la Fondation Napoléon en 2021 et commissaire de l’exposition “Duroc, les images d’un destin”, présentée en 2023 au musée Au fil du Papier à Pont-à-Mousson, en partenariat avec la Fondation Napoléon et la RMN.

Autres publications de l’auteur

Drouot, le Sage de la Grande Armée, avec Thierry Choffat, Soteca, 2019
Duroc, les images d’un destin, catalogue de l’exposition éponyme, Musée Au fil du Papier, Pont-à-Mousson, 2023

 

  1. Propos légendaire repris à l’époque mais non authentifié. Voir Th. Lentz, « Seulement une « nouvelle » ? » in Bonaparte n’est plus !, Perrin, 2018, p.99-104 []
  2. Napoléon Bonaparte, Correspondance générale, lettre 15677, au vice-amiral Decrès, ministre de la Marine et des colonies : https://www.napoleonica.org/collections/correspondance/CG7-15677.md?keywords=15677&page=0&pageSize=20, lien actif le 12/11/2023 []
  3. Ibid, lettre 5435, à Cambacérès et Lebrun, consuls de la République : https://www.napoleonica.org/collections/correspondance/CG3-5435.md?keywords=5435&page=0&pageSize=20, lien actif le 12/11/2023 []
  4. Nicolas Bellenger (dir.), Girodet 1767-1824, Gallimard, 2005, p. 234-247 []
  5. La mort du maréchal Lannes, duc de Montebello, Pierre-Narcisse Guérin, musée des Beaux-Arts, Valencienne, 1810-1811 / Derniers moments du maréchal Lannes à la bataille d’Essling, Albert-Paul Bourgeois, château de Versailles, 1810. []
  6. Napoléon faisant ses adieux au maréchal Lannes à la bataille d’Essling, Dorian, musée d’État de la guerre et de l’histoire de Borodino, Moscou, 1858 / Lannes mortellement blessé à Essling, Émile-Paul Boutigny, 1891. []
  7. Citation souvent attribuée à Napoléon pour traduire sa volonté de faire s’élever le soldat, quelle que soit son origine sociale, en prenant l’exemple des grands maréchaux d’Empire souvent issus des plus basses couches de la société. Prononcée en réalité par Louis XVIII en 1817. Calvet, Stéphane. « 9. Chaque soldat a un bâton de maréchal dans sa giberne », Thierry Lentz, Jean Lopez (dir.), Les Mythes de la Grande Armée. Perrin, 2022, pp. 171-188. []
  8. Martine Sadion, « Essling, la vérité. », in Napoléon, Images de légende (collectif), p.37-39, musée de l’Image, ville d’Épinal, 2003. []
  9. Jérémie BENOÎT, « La Grande armée fidèle à l’Empereur », Histoire par l’image [en ligne], consulté le 03/10/2023. URL : histoire-image.org/etudes/grande-armee-fidele-empereur []
  10. Napoléon sur le champ de bataille d’Eylau, Antoine-Jean Gros, musée du Louvre, 1808. []
  11. Walter Bruyère-Ostells, Les maréchaux d’Empire. Les paladins de Napoléon, Perrin, p.327-329. []
  12. Napoléon Bonaparte, Correspondance générale, Fayard, tome 13, lettre 34314. []
  13. Émile Montaigut, Le maréchal Davout, son caractère et son génie, lettre du 5 juin 1813, A. Quantin, 1882 p.138. []
  14. A. Debibour, Le général Fabvier. Vie militaire et politique, lettre du 23 mai 1813, Plon, 1904, p.63-64. []
  15. Jean-Roch Coignet, Vingt ans de gloire avec l’Empereur, Éditions de Saint-Clair, 1965, p.170. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Collectif des jeunes chercheurs (30 novembre 2023). Mourir avec Napoléon : ambiguïté et mise en scène napoléonienne de l’émotion. Sources à l’œuvre·s. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vs9k


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search