Émotions face à l’histoire, histoire des émotions

Dossier thématique de l’année 2023 des Jeunes Chercheurs du CRULH

Argumentaire

Alors qu’elle fait rage depuis plus d’un an, la guerre en Ukraine réactive l’imaginaire autour des grands conflits européens du XXe siècle. Les analogies à la Première Guerre mondiale sont de plus en plus nombreuses depuis que l’attention des belligérants se concentre sur la bataille de Barkmout1. Si les tranchées du Donbass sont comparées à celles de 1914-1918, les images des hommes de la Grande Guerre, bien que vieilles de plus d’un siècle,  renvoient elles aussi les regardeurs au temps présent. Contempler les poilus dans la boue des tranchées nous ramène immédiatement à ce dont nous sommes témoins. Ces analogies temporelles risquent cependant l’anachronisme psychologique interdit par Lucien Febvre2. Les deux conflits sont fondamentalement différents et les rapprochements sont avant tout d’ordre compassionnel pour les soldats qui évoluent dans des conditions similaires. Dès lors, questionner les sensibilités des soldats de 1914 comme celles et ceux restés à l’arrière revient également à interroger notre rapport aux conflits.

Les questionnements relatifs aux émotions face à l’histoire touchent le grand public ainsi que les chercheurs. En effet, ces derniers ne sont pas dénués d’émotions envers leurs propres travaux. Plongés dans les archives, les historiens se réjouissent de leurs découvertes, quitte à occulter leurs jugements3. Dans l’historiographie récente, Françoise Waquet a traité des sentiments des historiens dans la fabrique du savoir4. Son ouvrage Une histoire émotionnelle du savoir : XVIIe-XXIe siècle reprend les travaux d’Arlette Farge en poussant la réflexion à l’univers étendu du chercheur : En bibliothèque, sur le terrain ou en laboratoire. Dans le Goût de l’archive, Arlette Farge s’est saisie dès la fin des années 1980 d’une épistémologie du sensible portant sur les documents5. L’archive comme objet physique, parfois difficilement lisible et fragile, est selon Farge, sans pareil à la production imprimée faite pour être diffusée. Le document apparait alors comme une trace brute laissée par des individus parfois malgré eux. Ainsi, tout peut faire source pour l’historien du sensible, des sources sérielles notariées6 aux écritures du for privé7. Sans qu’ils soient étrangers aux archives, les historiens de l’art sont familiers de l’idée de ressenti vis-à-vis des œuvres. « La perte d’aura des œuvres d’art »8, théorisée par Walter Benjamin dans son essai de 1936 est en effet très proche car renvoie à l’importance du regard in situ. L’impact face aux œuvres connu du grand public sous le nom de « syndrome de Stendhal » témoigne de ce rapport aux œuvres et de l’aura qui les entoure. Enfin, les archéologues et historiens du patrimoine ne sont pas non plus étrangers à cette notion d’émotion dans le cadre de leurs activités à travers, entre autres, le cas des ruines. Image et symbole du déclin jusqu’à la fin du Moyen Âge, la ruine a ensuite suscité un certain intérêt de la part des sociétés occidentales. Cela s’explique par le lien avec les critères esthétiques du « beau » et du « sublime » avec l’imaginaire de la destruction9. De la même manière, l’émotion occupe une place centrale dans l’usage postérieur qui est fait de ces ruines et qui peut interroger les chercheurs10.

Appartenant à l’histoire sociale et des mentalités, l’histoire des émotions repose sur une généalogie riche et complexe. Dès les années 1930, Norbert Elias pointe l’importance des sensibilités et des émotions dans le processus de civilisation11. L’ouvrage est longtemps resté ignoré si bien que l’usage est de remonter dans l’historiographie française à l’appel de Lucien Febvre publié en 1941 dans les Annales d’Histoire sociale12. Le « cri d’artiste » de Febvre est également resté sans réponse immédiate. C’est dans le courant des années 1970 que les sensibilités et les émotions affleurent dans l’histoire des mentalités avec des travaux d’historiens comme Georges Duby, Jean Delumeau ou Jean Louis Flandrin. C’est néanmoins grâce au travail monumental d’Alain Corbin à partir de la fin des années 1980 que l’histoire des sensibilités est pleinement développée. Née d’articles et d’ouvrages épars, sur toutes les périodes et sujets, l’histoire des émotions en trois volumes publiés dès 2016 offre la première synthèse d’ampleur13.

Propice à la diachronie, l’histoire du fait sensible efface les bornes chronologiques pour observer les « transformations lentes et silencieuses14. » Si elle s’applique au temps long, elle n’empêche pas de travailler sur un évènement précis agissant comme paradigme indiciaire des sensibilités collectives15. De même, en étant construites socialement, les émotions transcendent les articulations propres aux individus et aux collectivités16. Les émotions apparaissent alors comme transmettrices d’informations entre les individus d’une même culture et cimentent le corps social autour de normes intériorisées. Dès lors, l’externalisation des émotions trouve une utilité sociale. Ainsi, l’histoire des émotions touche à toutes les branches historiques : Histoire de la guerre17 au fait religieux18 et de l’histoire politique19, de l’histoire sociale et des petites gens20 à l’histoire du genre21.

Ce premier dossier proposé par le collectif des doctorants et doctorantes du CRULH  doit permettre de rassembler des productions de jeunes chercheurs, masterant·es et doctorant·es, sur les « émotions » dans une acceptation large. Le dossier se veut un espace d’expérimentation libre pour tous·tes souhaitant proposer des pistes de réflexion. Le format billet de blog permet ainsi d’aborder des sujets de recherches en cours de constitution, d’ébaucher des concepts, ou de traiter des sujets laissés dans les tiroirs, car pas assez riches pour couvrir un article de revue.

Les billets pourront alors traiter des axes suivants, sans s’y limiter :

  • Le fantasme de l’objectivité : Cet axe propose de questionner la subjectivité de l’historien face aux sources et à son objet de recherche. De même, la lecture du passé est toujours subordonnée à une actualité et au temps présent.
  • À fleur de sources : Repérer les émotions dans les sources. Quelles sources employer pour écrire l’histoire des émotions ?
  • Les normes sociales au prisme des émotions. La manifestation des émotions ou leur retenue dans les sphères privées et publiques.

Pour répondre à l’appel à projet.

Échéances :

Pour participer, envoyez un mail à l’adresse du collectif ; collectifcrulh@gmail.com afin de vous annoncer et présenter en quelques lignes votre proposition. Les publications étant des billets de blog, le collectif ne demande pas de proposition de communication formelle. Le mail est avant tout à visée introductive.

La soumission des textes d’entre 20 000 et 25 000 signes est attendue pour le 15 septembre 2023. La publication est prévue pour courant novembre 2023. Les dossiers constitués dans Sources à l’œuvre·s n’ayant pas de dates de clôture, la publication de textes dans le dossier est toujours possible au-delà de cette échéance. Les auteur·ices se réfèreront aux consignes à cette adresse. https://cjccrulh.hypotheses.org/consignes-aux-auteurs

Les textes sont à envoyer à l’adresse e-mail du collectif accompagné d’une courte biobibliographie. Si vous disposez déjà d’un compte sur hypotheses.org, il est possible de nous indiquer l’adresse e-mail enregistrée sur le site afin que nous liions votre publication à votre compte.

Adresse du collectif : collectifcrulh@gmail.com

Bibliographie indicative :

  • AMBROISE-RENDU Anne-Claude et DELPORTE Christian (dir.), L’indignation: histoire d’une émotion, Ouvrage issu de la journée d’études du 9 mai 2006 organisée par le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-En-Yvelines., Paris, France, Nouveau Monde éd., 2008, 254 p.
  • CORBIN Alain, Le village des « cannibales », Paris, Flammarion, 1995, 204 p.
  • CORBIN Alain, COURTINE Jean-Jacques, et VIGARELLO Georges (dir.), Histoire des émotions, Paris, Éditions du Seuil, 2016, vol. 3/1, 540 p.
  • CORBIN Alain, COURTINE Jean-Jacques, et VIGARELLO Georges, Histoire de la virilité, Nouvelle éd., Paris, Seuil, 2012.
  • CORBIN Alain, MAZUREL Hervé, et BOQUET Damien (dir.), Histoire des sensibilités, 1re édition., Paris, PUF, 2022, 118 p.
  • CRAECKER-DUSSART Christiane De, « Françoise Waquet, Une histoire émotionnelle du savoir (xviie-xxie siècle) », L’Homme, 27 février 2020, no 233, p. 153‑156.
  • DELUERMOZ Quentin, FUREIX Emmanuel, MAZUREL Hervé, et OUALDI M’hamed, « Écrire l’histoire des émotions : de l’objet à la catégorie d’analyse », Revue d’histoire du XIXe siècle. Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle, 31 décembre 2013, no 47, p. 155‑189.
  • DELUERMOZ Quentin et MAZUREL Hervé, « Pour une histoire du sensible », Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, 3 mars 2022, no 16, p. 215‑239.
  • DOSSE François, « De l’usage raisonné de l’anachronisme », Espace Temps, 2005, vol. 87, no 1, p. 156‑171.
  • ELIAS Norbert, Moyen Âge et procès de civilisation: inédit, traduit par Anne-Marie Pailhès, Paris, Éditions EHESS, 2021, 219 p.
  • ELIAS Norbert et KAMNITZER Peter Pierre, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1976.
  • FARGE Arlette, Effusion et tourment, le récit des corps: histoire du peuple au XVIIIe siècle, Paris, France, O. Jacob, 2007, 248 p.
  • FARGE Arlette, Le goût de l’archive, Paris, Éditions du Seuil, 1989, 152 p.
  • FEBVRE Lucien, Le problème de l’incroyance au XVIe siècle: la religion de Rabelais, Paris, France, Albin Michel, 1968, 511 p.
  • FEBVRE Lucien, « La sensibilité et l’histoire: Comment reconstituer la vie affective d’autrefois? », ANNALES D’HISTOIRE SOCIALE, juin 1941, T. 3, No. 1/2, p. 5‑20.
  • GUYARD Nicolas et Muller Caroline, « Croire et Ressentir. Pour une approche du fait religieux à travers les émotions », Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 1 décembre 2016, no 128‑2.
  • MAZUREL Hervé, L’inconscient ou l’oubli de l’histoire, Paris, La Découverte, 2021.
  • MAZUREL Hervé, Kaspar l’obscur, ou, L’enfant de la nuit (1833): essai d’histoire abyssale et d’anthropologie sensible, Paris, La Découverte, 2020.
  • REY Sarah, Les larmes de Rome, Paris, Anamosa, 2017.
  • VIDAL-NAQUET Clémentine, « ‪Écrire ses émotions. Le lien conjugal dans la Grande Guerre‪ », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 2018, vol. 47, no 1, p. 117‑137.
  • WAQUET Françoise, Une histoire émotionnelle du savoir: XVIIe-XXIe siècle, Paris, France, CNRS éditions, 2019, 426 p.
  1. Notamment ces exemples : « Témoignage. Autour de Bakhmout, des relents de Première Guerre mondiale », Courrier international, 09/12/2022 ; Passot Eloi, « La bataille de Bakhmout est-elle le Verdun de la guerre en Ukraine ? », Le Figaro, 30/03/2023 ; Larané André, « Verdun,1916 – Bakhmout, 2023 – La guerre d’Ukraine comme celle de 14-18 ? », Herodote.net, 2 avril 2023, 02/04/2023. []
  2. Febvre Lucien, Le problème de l’incroyance au XVIe siècle: la religion de Rabelais, Paris, France, Albin Michel, 1968, p. 15. []
  3. Corbin Alain et Mazurel Hervé, « L’histoire, ce voyage dans le temps. Entretien avec Alain Corbin », in Alain Corbin et Hervé Mazurel (dir.), Histoire des sensibilités, 1re édition., Paris, PUF, 2022, p. 90. []
  4. Farge Arlette, Le goût de l’archive, Paris, Éditions du Seuil, 1989, 152 p ; Waquet Françoise, Une histoire émotionnelle du savoir: XVIIe-XXIe siècle, Paris, France, CNRS éditions, 2019, 426 p. []
  5. Voir notamment les premières pages de l’introduction : Farge Arlette, Le goût de l’archive, op. cit. []
  6. Foa Jérémie, Tous ceux qui tombent: visages du massacre de la Saint-Barthélemy, Paris, La Découverte, 2021, p. 8. []
  7. Lejeune Philippe, Le moi des demoiselles: enquête sur le journal de jeune fille, Paris, Editions du Seuil, 1993, 454 p. []
  8. Benjamin Walter, L’oeuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique, Payot&Rivages., Paris, 1939, 96 p. []
  9. Schnapp Alain, Une histoire universelle des ruines des origines aux Lumières, Paris, Éditions du Seuil, 2020, 722 p. []
  10. C’est sur ces usages que travaille l’ANR RUINES (2020‑2024), voir MICHONNEAU Stéphane « Programme », Ruines. Usages politiques et sociaux des ruines de guerre. 16e‑21e s., 2020, [en ligne], consulté le 1er mai 2023, https://ruines.hypotheses.org/programme. []
  11. Elias Norbert et Kamnitzer Peter Pierre, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1976. []
  12. Febvre Lucien, « La sensibilité et l’histoire: Comment reconstituer la vie affective d’autrefois? », ANNALES D’HISTOIRE SOCIALE, juin 1941, T. 3, No. 1/2, p. 5‑20. []
  13. Corbin Alain, Courtine Jean-Jacques, et Vigarello Georges (dir.), Histoire des émotions, Paris, Éditions du Seuil, 2016, vol. 3/1, 540 p. []
  14. MAUDUIT Xavier (animateur), MAZUREL, Hervé, « Comment écrire l’histoire des émotions ? : épisode 1/5 du podcast Histoire des sensibilités » Le cours de l’histoire, 13 février 2023, 58 min. https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-cours-de-l-histoire/comment-ecrire-l-histoire-des-emotions-4107742. []
  15. Corbin Alain, Le village des « cannibales », Paris, Flammarion, 1995, 204 p. []
  16. Deluermoz Quentin et Mazurel Hervé, « Pour une histoire du sensible », Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, 3 mars 2022, no 16, p. 215‑239. []
  17. Vidal-Naquet Clémentine, « ‪Écrire ses émotions. Le lien conjugal dans la Grande Guerre‪ », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 2018, vol. 47, no 1, p. 117‑137. []
  18. Guyard Nicolas et Muller Caroline, « Croire et Ressentir. Pour une approche du fait religieux à travers les émotions », Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 1 décembre 2016, no 128‑2. []
  19. Rey Sarah, Les larmes de Rome, Anamosa, 2017. []
  20. Kalifa Dominique, Les bas-fonds: histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013, 394 p. []
  21. Corbin Alain, Courtine Jean-Jacques, et Vigarello Georges, Histoire de la virilité, Nouvelle éd., Paris, Seuil, 2012. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lylian Etienne (17 mai 2023). Émotions face à l’histoire, histoire des émotions. Sources à l’œuvre·s. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vs9b


Lylian Etienne

Lylian Etienne est doctorant contractuel en histoire contemporaine à l’Université de Lorraine au Centre Régional Universitaire d’Histoire (CRULH). Sa thèse, co-dirigée par Laurence Guignard et Guillaume Le Gall, porte sur les femmes artistes dans les expositions des beaux-arts en Lorraine entre 1860 et 1914 : modèles sociaux, stratégies et identités individuelles. Ses recherches mêlent histoire du genre, histoire sociale et histoire de l’art par des approches quantitatives et connectées aux humanités numériques. Blog personnel : https://q2p.hypotheses.org/ Membre du Collectif JCCRULH : https://cjccrulh.hypotheses.org/ ; Contact : lylian.etienne@univ-lorraine.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search