Chaligny de Plaine et la Révolution : une trajectoire interstitielle


Pour citer cet article : Arthur Fagnot, « Chaligny de Plaine et la Révolution : une trajectoire interstitielle » Sources à l’œuvre·s , 28/06/2023, consulté le [date]. https://cjccrulh.hypotheses.org/754


Marie-André de Chaligny de Plaine est né en 1717 à Gentilly, à proximité de Paris, mais il est élevé le long du Rhône par son grand-père maternel, Jean-François de Védrille, commandant du roi en Languedoc. Après avoir commencé sa scolarité dans différents établissements religieux de la région, dont le collège des Jésuites d’Avignon, il part pour Paris en 1730, où il obtient un doctorat de théologie de la Sorbonne en 1744. En 1747, il reçoit du roi un canonicat pour la cathédrale de Verdun, où il se fixe jusqu’à sa mort dans la ville en 18051. Il traverse ainsi la décennie révolutionnaire jusqu’au matin du Premier Empire. Différents écrits permettent de le suivre pendant cette période, en particulier son journal, des lettres, des poèmes, des homélies, conservés dans les manuscrits légués à la bibliothèque de Verdun. À ces écrits de Chaligny de Plaine lui-même, s’ajoutent les documents produits par les administrations révolutionnaires, en particulier ceux conservés aux archives départementales de la Meuse, et quelques références bibliographiques utiles, notamment l’ouvrage de Charles Aimond sur L’Histoire religieuse de la Révolution dans le département de la Meuse.

            Il y aurait la matière d’un long article, j’ai donc orienté mon propos autour d’une double interrogation : les rapports entrevus entre une trajectoire individuelle et des trajectoires collectives ; et partant de cette notion de « trajectoire » comprise comme les positions successives dans un espace, un temps, une société, une concentration sur les « déplacements », dans un sens extensif – géographiques ou physiques, mais aussi sociaux, politiques, religieux… Pour répondre à l’objectif de tracer une trajectoire, l’exposition est globalement chronologique, ce qui permet de mieux appréhender les effets de la conjoncture révolutionnaire sur l’individu.

Conservateur (1789-1790)

            Dans les premiers temps de la Révolution, jusqu’à la proclamation de la République, la position de Chaligny de Plaine peut être qualifiée de « conservatrice ». Il exprime sa fidélité tant au trône qu’à l’autel, qui convergent dans l’attachement au « meilleur des Rois » : le pape, souverain en Avignon2. Dès février 1790, il craint qu’il n’y ait bientôt « dans le royaume autant de republiques que de departements, que disie, que de districts et de municipalités »3. L’attachement à la monarchie engage alors le rejet d’une nouvelle géographie administrative, qui serait vectrice de désordre politique.

            Le positionnement de Chaligny de Plaine s’inscrit dans la sociologie et les mentalités du haut-clergé. Plusieurs lettres témoignent d’un mépris pour « la populace », qui tiendrait en janvier 1791 « toutes les parties de l’administration » ; une masse essentialisée dans une attitude violente qui « ravage brule renverse massacre impunement depuis Dunkerque a Marseille et depuis Strasbourg a Brest »4. Aux préjugés aristocratiques s’ajoute une opposition au nom du clergé, sa « caste malheureuse » qui serait menacée par le dépouillement. Il vise la sécularisation des biens ecclésiastiques, et en particulier la suppression et la vente des biens des chapitres décidées le 21 août 1790. Il agit d’abord en défenseur de son ordre, car il affirme que « la providence [l’a] mis a l’abri du depouillement »5. Son opposition semble d’abord motivée par des raisons sociales : la suppression des chapitres nie l’utilité de son office canonial, et fait disparaître son rôle, son statut dans la société.

Pour ce qui est de son attitude vis-à-vis de la Constitution Civile du Clergé, qui détermine traditionnellement les trajectoires collectives du clergé pendant la Révolution, il s’agit d’un refus net. Ainsi dans une lettre à Talleyrand du 15 février 1791, après avoir énuméré les différents serments prêtés par celui-ci, il lui reproche d’avoir finalement prêté un serment « qui les outrage tous en jurant d’observer la nouvelle constitution »6. Mais il faut se garder de le ranger trop vite dans la case des réfractaires : mis « à la retraite » par la suppression des chapitres, puisqu’il n’est pas intégré au premier clergé constitutionnel constitué par l’évêque des Nos en 1790, il n’est pas tenu de prêter serment à la Constitution, obligation qui ne concerne que les ecclésiastiques en activité à la fin de l’année 1790.

            Ses lettres éclairent la manière dont la Révolution est appréhendée par l’individu, tant dans le domaine des perceptions que des comportements. Elle y apparaît comme un ensemble d’événements ou de phénomènes, mis en relation les uns avec les autres, et rattachés à un même contexte « révolutionnaire ». Les épisodes parisiens y sont peu, voire pas commentés ; priment les situations locales, la sienne ou celles de ses correspondants, très souvent rapportées au contexte européen. Il évoque dès 1790 la perspective d’une guerre, affirmant à l’une de ses amies qu’elle peut rester « tranquille tant que les allemands ne seront pas dans l’Alsace »7, ou au marquis de Montdevergues, noble comtadin, que la situation de l’Alsace et de Lorraine est suspendue aux négociations entre Léopold II et la Sublime Porte8. La lecture des événements à l’échelle européenne peut s’expliquer tant par ses voyages à l’étranger, nombreux entre 1778 et 1787, que par son intégration à la République des lettres, mais il semble que c’est la situation géographique de Verdun, aux frontières nord-est du royaume, qui soit déterminante.

Les événements révolutionnaires peuvent aussi être interprétées dans des termes qu’on pourrait qualifier de « complotistes ». Le club des Jacobins en particulier, et en son sein les philosophes, les francs-maçons ou encore les « orleanois », aurait projeté de longue date les événements révolutionnaires4 ; tandis que le voisinage des protestants cévenols lui fait craindre pour Avignon9. Mais au-dessus des hommes apparaît en définitive la providence divine qui conduit les événements, et qui peut éventuellement se lire dans les prophéties. Le contexte politique et religieux est ainsi éclairé par les quatrains de Nostradamus, qui annonceraient une grande persécution de l’Église pour l’année 17929, ou expliqué par la volonté de Dieu de punir les excès de son clergé4.

            Enfin sa perception de la Révolution – Chaligny de Plaine évoque par exemple, avec détachement, ses craintes de se faire égorger par des foules révoltées8 – affecte ses comportements. Il regrette ainsi, dans une lettre de février 1790, devoir dire « adieu » aux voyages10, de même qu’en réponse à une amie des environs de Verdun, il s’excuse de ne pas pouvoir se rendre à son « gala », excluant toute participation ou organisation de fêtes, et limitant ses déplacements pour garder « l’incognito dans [sa] cellule »7. Il prend aussi la précaution d’user d’un langage détourné, quoique transparent, pour évoquer la fuite et la capture du roi à Varennes, passant par le truchement de la Grande Rébellion anglaise, dans une lettre dont il a anonymisé le destinataire en la recopiant : « Les ecossois ont livré Charles premier aux anglois qui le trainent a Londres ou dans six mois il ne sera plus en vie »11.

            La seule affaire notable qui lui arrive fait suite à l’ouverture d’une lettre envoyée au marquis de Montdevergues le 20 juin 1791, veille de l’arrestation du roi, par les autorités du département de Montpellier, probablement en raison de la date et du lieu d’envoi, à quelques kilomètres de Varennes. Chaligny de Plaine y espère l’intervention du roi d’Espagne en Avignon pour en « balayer » les partisans de la Révolution, et en faire un « exemple » destiné à en intimer à la France, qu’il décrit comme un « coupe gorge […] que le roi sera obligé de conquérir […] s’il veut remonter sur le thrône »12. La lettre est envoyée à la municipalité de Verdun, qui pose les scellés chez Chaligny de Plaine, parti faire une course alentour. A son retour, le reste de sa correspondance avec Montdevergues est saisi, mais à l’étonnement de l’ancien chanoine qui s’attendait à des « reproches amers », les choses s’arrêtent là. Mieux, il mobilise en retour le droit, pour réclamer sa lettre au greffier de la municipalité, et reprocher au président du département de Montpellier la double-violation de la loi dont ses services se sont rendus coupables, en brisant le secret des postes et en expédiant la lettre11. Un respect du droit sous lequel il se place dans une attitude légaliste, qui tempère son image de conservateur et explique pour partie les déplacements postérieurs. Ainsi dans un poème clairement hostile à la Révolution, il écrit néanmoins ne pas résister « a la force publique », qui « a toujours raison même quand les rigeurs [sic] / Accable les agens d’un culte pacifique »13.

Républicain (1792-1795)

            L’instauration de la République le contraint à redéfinir ses positions, d’autant plus dans le contexte particulier de Verdun : la ville est sous occupation prussienne du 2 septembre au 14 octobre 1792, et le régime républicain est mis en place parallèlement aux enquêtes et aux procès qui visent à établir les responsabilités dans sa reddition. L’épisode a par ailleurs un versant religieux. À la suite des armées prussiennes, une partie du clergé réfractaire en exil fait son retour dans la ville, en particulier l’évêque des Nos qui réunit les chapitres de la cathédrale et de la Madeleine. Mais dans une guerre dont l’issue reste incertaine, Chaligny de Plaine semble s’être montré prudent.

Il n’a pas encore été possible d’accéder aux archives municipales de Verdun, qui conserveraient les interrogatoires de la commission extraordinaire rassemblée en octobre 1792 ; mais s’appuyant sur ceux-ci, Charles Aimond cite Chaligny de Plaine comme l’un des chanoines opposés au rituel de purification de la cathédrale souhaité par l’évêque des Nos. Il rapporte que plusieurs auraient mis en avant leur âge et leur état de santé, pour justifier ne pas avoir participé aux réunions du chapitre, sauf le 22 septembre pour la fête de saint Saintin, premier évêque de Verdun14. Ces éléments concordent avec une lettre d’octobre 1793, dans laquelle Chaligny de Plaine estime devoir son « repos » qui n’est qu’une « demi securité » à son « civisme », à son âge, et à ses maladies apparues « dans le temps où il […] les falloit pour apitoyer tous les corps administratifs »15. Dans son journal, il ne mentionne que. la fête de saint Saintin16, durant laquelle il fait un petit prône. Le texte conservé témoigne d’une certaine mesure : il n’aborde la situation contemporaine que pour dénoncer les dégradations de la cathédrale et la destruction de la châsse qui contenait les reliques du saint17. Il prête également le serment de Liberté-Égalité le 29 octobre 179218, l’un des deux jours durant lesquels se déroulent les interrogatoires des chanoines, probablement pour attester sa bonne foi et son « civisme ». Chaligny de Plaine n’est ainsi pas inclus dans la liste des seize anciens chanoines de la cathédrale dont l’arrestation est ordonnée à la fin du mois d’octobre19.

Son « civisme » s’exprime dans l’adoption d’un vocabulaire républicain : ses lettres s’adressent à des « citoyens » et plus à des « sires » – signe d’ailleurs de son crédit autant que de son apparence de modération, il écrit une lettre au nom du comité révolutionnaire de Verdun le 17 thermidor an II, pour féliciter la nation d’avoir abattue « la tête du tyran » avec « ses infames adherans »20. Il se plie aussi à des mesures administratives contraignantes, en particulier à la suite du décret du 26 germinal an II de Mallarmé, représentant en mission dans la Meuse, qui impose à tous les anciens ministres du culte, constitutionnels et retraités compris, de se rendre dans les vingt-quatre heures au chef-lieu de leur district, où ils doivent signaler chaque jour leur présence à un comité de surveillance, sous menace d’incarcération ou de déportation en cas de manquement21. Il s’accompagne d’une lettre à l’administration qui recommande explicitement de ne pas tenir compte de l’âge des prêtres. Le registre de présence du district de Verdun témoigne de son application rigoureuse, et porte la signature de Chaligny de Plaine parmi celles de 86 autres prêtres22. L’action administrative inscrit ici les individus dans un collectif pour mieux en contrôler les trajectoires, surveiller leurs déplacements dans un contexte de criminalisation de l’émigration.

            Mais Chaligny de Plaine n’en reste pas à une simple soumission. Dans sa lettre d’octobre 1793, s’il fait ses « vœux les plus sinceres pour le bonheur de la nation », il n’hésite pas à regretter, à rebours de la politique de déchristianisation, que la République n’ait pas « amalgamé le culte de la divinité », qui ne peut être que le catholicisme romain, « avec l’amour de la partie », qui sont les « deux ailes » permettant de voler vers le bonheur. Ce « ralliement » avant la lettre à la République n’implique donc pas une dissimulation de sa foi. Au contraire, il la met en avant, et propose des formes de christianisation de la République. Ainsi lorsqu’il écrit à Henri Grégoire en mars 1795, il propose le modèle des États pontificaux et des missions jésuites au Paraguay, plaidant en faveur d’une amodiation des biens nationaux qui permettrait aux « authorités constituées » de rester « maitresses des prix », afin d’en éviter « la hausse au dela des facultés des citoyens même de la classe indigente », quand leur vente n’aurait profité qu’aux seuls « officiers vendeurs et au monopoleurs »23. Une foi qu’il met au cœur de son action tout au long de la Révolution.

Missionnaire (1795-1800)

            Le Directoire permet de nouveaux déplacements du fait de la reprise d’un ministère pastoral, dans une situation à la fois plus favorable d’un point de vue politique, et ambigüe surtout du fait des divisions religieuses. Un décret du 11 prairial an III laisse aux citoyens le libre usage des édifices religieux non aliénés, n’exigeant du célébrant qu’une simple soumission aux lois de la République. Mais du fait de la première séparation de l’Église et de l’Église, il n’y a plus de structures religieuses bien établies, une ambiguïté renforcée par l’absence de figure d’autorité incontestée : l’évêque des Nos est mort en 1793, et le constitutionnel Aubry, toujours en Meuse, se fait discret et est considéré comme un schismatique par les réfractaires fidèles à l’ancienne hiérarchie, plus ou moins en liaison avec Trèves. Ces derniers contestent la validité des sacrements délivrés par des constitutionnels n’ayant pas été réintégrés à l’Église, ce qui implique pour eux d’obtenir l’absolution de l’archevêque de Trèves ou d’un de ses auxiliaires. Un mouvement missionnaire conduit alors plusieurs prêtres, voire des laïcs, souvent de leur propre initiative et pour beaucoup restés anonymes, à maintenir ou à ranimer le culte catholique, notamment dans les campagnes24. Chaligny de Plaine y participe en desservant les paroisses de Bras et Louvemont, trajet d’une vingtaine de kilomètres aller-retour qu’il fait à pied tous les dimanches et fêtes25, ce qui a dû renforcer le caractère missionnaire de son activité, tout en renvoyant au modèle apostolique qu’il développe dans ses homélies26.

Sa situation lui est favorable tant du point de vue religieux que politique. Il n’a jamais prêté le serment à la Constitution Civile du Clergé, mais seulement ceux qui n’ont pas fait l’objet d’une condamnation pontificale explicite ou largement diffusée. Il ne peut donc pas être considéré comme schismatique, sans être intransigeant comme certains prêtres qui, exerçant souvent au bénéfice de la frontière, refusaient toute prestation de serment et tout compromis avec le régime républicain. Cela a aussi pu jouer en sa faveur au niveau paroissial : les deux derniers curés de Bras et Louvemont sont des constitutionnels déportés sur les pontons de Rochefort, l’un y perdant la vie. On peut alors supposer que les paroissiens aient été aussi peu sensibles aux discours de constitutionnels ayant persisté dans l’abdication, qu’à ceux de réfractaires qui auraient choisi l’exil dès 1790 ou 1791. Par ailleurs, Chaligny de Plaine n’a jamais cherché à s’exiler, et il ne peut être considéré comme réfractaire, puisqu’il n’était pas dans l’obligation de prêter serment à la Constitution Civile du Clergé, et qu’il a prêté ceux de Liberté-Égalité et de soumission aux lois de la République, ce qui le met relativement à l’abri vis-à-vis de l’administration et de la police.

Il joue ainsi de l’ambivalence de sa situation, ce qui se révèle d’autant plus avec le durcissement des autorités, à la suite du coup d’État du 18 fructidor an V. La loi exige alors un nouveau serment, celui de haine à la royauté, que Chaligny de Plaine refuse dans un premier temps de prêter. Il dénonce dans une lettre à Henri Grégoire une « persecution […] degoutante », qui le contraint à ne plus se rendre « aux villages [qu’il aimait] n’ayant d’ailleurs pas preté ce dernier serment qui a une latitude qui ne [le] choquera plus si on y ajoute quelques mots qui en déterminent la valeur »27, et qu’il finit néanmoins par prêter le 5 janvier 1798. Le carton L 1526 des archives départementales de la Meuse conserve une centaine de dossiers individuels de clercs du canton de Verdun constitués par les autorités locales, dont celui du « citoyen Deplaine ». Les documents, reliés entre eux par une ficelle et datés pour la plupart de 1798, rendent compte tant du souci de l’administration d’identifier les individus et leurs opinions, que de la volonté de l’ancien chanoine de prouver sa situation particulière. Une copie de l’acte qui atteste qu’il a prêté le serment de Liberté-Égalité est par exemple réalisée. Mieux, un certificat d’identification est produit, qui s’appuie à la fois sur une description physique de Chaligny de Plaine, et sur des déclarations de témoins qui confirment que le « Citoyen […] Deplaine […] n’est point emigré, et quil n’est point détenu, pour cause de Suspicion ou de contre Révolution ».

Sur le plan des idées religieuses, les homélies de Chaligny de Plaine répètent la nécessité d’une double soumission aux lois de l’Église et à celle de la République. L’opposition du décadi, jour de congé républicain, au dimanche cristallise alors certaines tensions. L’ancien chanoine contourne le problème en soulignant qu’aucune loi n’oblige à travailler le dimanche – une telle loi serait alors illégitime et ne devrait pas être suivie. Il faut donc respecter le dimanche, autant que les lois de la République, ce qui implique implicitement le respect du décadi mais en lui refusant toute valeur religieuse ou spirituelle. Sa prédication, qui agit comme un moyen d’intégration à la nation en appelant à l’obéissance aux lois et à l’autorité politique28, semble faire émerger une distinction entre un domaine public organisé par l’État, et un ordre privé, celui des obligations religieuses transmises par l’Église. Mais il ne renonce pas à la perspective de voir s’établir un nouvel accord entre celui-ci et celle-là, concentrant ses espoirs autour de l’action de Bonaparte.

Concordataire (1800-1802)

            Les homélies prononcées entre 1799 et 1802 témoignent d’une volonté de régularisation de la situation de l’Église catholique en France, et la font reposer sur le Concordat. Mais cela implique de le faire accepter des fidèles, ce à quoi Chaligny de Plaine s’attache dans ses dernières homélies, participant toujours d’une intégration à la « République », dans le sens large donné à cette notion par Céline Borello. Une acculturation qui ne se fait pas dans la rupture complète avec l’ordre antérieur, mais que l’ancien chanoine cherche à inscrire dans la continuité, notamment par l’entretien des mémoires et des identités religieuses héritées. L’un des principaux points de crispation est l’adoption d’une nouvelle carte paroissiale, qui confirme la suppression de plusieurs paroisses par rapport à l’époque prérévolutionnaire. À Verdun, la paroisse de Saint-Médard n’a pas seulement perdu son existence institutionnelle, mais aussi son église, démolie dès 1792. C’est pourtant après 1800 que Chaligny de Plaine s’adresse aux anciens paroissiens de Saint-Médard à l’occasion de leur fête patronale. Il leur rappelle leur église détruite, ne restant visible que « l’atre de ce temple que [leur] zele avoit embellïs »29. Mais il ne se borne pas à faire mémoire de la paroisse disparue. Le discours est tendu vers l’intégration des paroissiens de Saint-Médard à leur nouvelle paroisse, celle de Notre-Dame. Il plaide par exemple pour l’établissement d’une chapelle dans l’ancienne cathédrale, qui serait sous l’invocation de saint Médard, et destinée aux célébrations des messes pour les défunts ou des mariages des habitants de l’ancienne paroisse. Il s’agirait ainsi de maintenir le vieux corps social paroissial, ou en tout cas une certaine spécificité de celui-ci au sein de la nouvelle organisation religieuse.

Conclusion

Au terme de cette décennie, Chaligny de Plaine apparaît bien comme un homme de déplacements. D’une ferme opposition au début de la période, il a su se mouvoir, tant dans l’espace social, ce qui apparaît dans l’évolution de ses correspondants, que politique ou religieux, au prix dans un premier temps d’une limitation de ses circulations. Il est parvenu à mobiliser sa situation pour préserver sa sécurité, mais surtout pour servir la cause de l’Église. Il a ainsi pu apparaître, dans sa personne même, comme une figure conciliatrice, susceptible de ménager des accommodements entre le catholicisme et différents positionnements politiques, ce qui apparaît dans son avis de décès publié dans le Narrateur de la Meuse. Il y est décrit comme « un ami serviable, et d’une simplicité évangélique » qui « conserva, dans la révolution, l’estime de tous les partis ; et sa tranquilité n’y fut troublée que par le spectacle du malheur d’autrui », très apprécié des Verdunois à en juger « par les lettres [adressées] de cette ville, et par le caractère des personnes qui s’empressent de couvrir de fleurs, son urne cinéraire, et de les arroser de larmes »30.

Cet exemple illustre l’intérêt d’une démarche microhistorique pour comprendre plus finement une période, et le besoin d’études individuelles qui évitent de trop essentialiser des groupes. Il vient rappeler la diversité des positionnements individuels, et la manière dont ils sont amenés à évoluer au gré des circonstances, parfois dans la confrontation avec des procédures externes d’identification et de catégorisation, qui peuvent être subies ou au contraire mobilisées par l’individu à son avantage. Ces déplacements successifs sont susceptibles d’interroger des trajectoires collectives, qu’il faut veiller à ne pas figer ou systématiser. Il ne s’agit ni d’empêcher la montée en généralité, ni de nier les déterminations sociales, mais de rappeler qu’un groupe est toujours constitué d’individus divers avec leurs irréductibles singularités, dont les engagements ne sont pas toujours univoques ni constants, interrogeant les frontières de catégories qui ne sauraient être hermétiques. Ainsi si Chaligny de Plaine peut être assimilé au clergé réfractaire et aristocratique, son attitude légaliste au moment du passage à la République l’en distingue, sans pour autant le rattacher au clergé constitutionnel. Ses attitudes changent avec les régimes politiques, sans qu’il puisse être qualifié de « girouette », en raison de son engagement persistant pour la cause de l’Église. Autant de caractères qui justifient de qualifier sa trajectoire d’ « interstitielle ».

Arthur Fagnot.

  1. Bibliothèque d’étude de Verdun (BEV), ms 301, p. 1-14. []
  2. BEV, ms 303, p. 116. []
  3. Ibid., p. 107. []
  4. Ibid., p. 154. [] [] []
  5. Ibid., p. 171. []
  6. Ibid., p. 158. []
  7. Ibid., p. 121. [] []
  8. Ibid., p. 116. [] []
  9. Ibid., p. 143-145. [] []
  10. Ibid., p. 108. []
  11. Ibid., p. 161. [] []
  12. Ibid., p. 159-160. []
  13. Ibid., p. 172. []
  14. AIMOND Charles, Histoire religieuse de la Révolution dans le département de la Meuse et le diocèse de Verdun, Roanne, Horvath, 1988, p. 210-211. []
  15. BEV, ms 303, colonne 17. []
  16. BEV, ms 301, p. 1-14. []
  17. BEV, ms 318, vol. 2, fol. 259 v. []
  18. Archives départementales de la Meuse, L 1526. []
  19. AIMOND Charles, Histoire religieuse de la Révolution…, op. cit., p. 212. []
  20. BEV, ms 301, colonne 92. []
  21. AIMOND Charles, Histoire religieuse de la Révolution…, op. cit., p. 318-319. []
  22. Archives départementales de la Meuse, L 2183. []
  23. BEV, ms 301, colonnes 179-181. []
  24. AIMOND Charles, Histoire religieuse de la Révolution…, op. cit., pp. 416-421. []
  25. BEV, ms 301, pp. 1-14. []
  26. BEV, ms 318, vol. 2, fol. 196-290. []
  27. BEV, ms 302, colonne 477. []
  28. Cf. Céline Borello, La République en chaire protestante, XVIIIe-XIXe siècles, Rennes, PUR, 2017. []
  29. BEV, ms 318, vol. 2, fol. 281-282. []
  30. Bibliothèque municipale de Bar-le-Duc, fonds Maxe-Werly, FA 32 347, Le Narrateur, Journal du département de la Meuse, tome 3, Commercy, Denis, 1805-1806, p. 40-41 ; p. 51. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Collectif des jeunes chercheurs (28 juin 2023). Chaligny de Plaine et la Révolution : une trajectoire interstitielle. Sources à l’œuvre·s. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vs9d


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search