Jean-Pierre JEAN et la Commission des Alsaciens-Lorrains

Lors de la Grande Guerre de 1914-1918, de nombreux soldats sont faits prisonniers dans les deux camps. Dès les premières heures du conflit et en raison de la méfiance de l’allemand, plusieurs camps de prisonniers sont installés en France. Certains sont exclusivement réservés aux Alsaciens-Lorrains. Une commission est chargée de visiter ces camps afin de détecter les prisonniers qui ont de la sympathie envers la France. Ainsi, certains prisonniers sont libérés ou sont invités à se battre dans l’armée française. Les Alsaciens-Lorrains sympathisants de l’Empire allemand demeurent captifs et leurs familles sont sous surveillance. Au sein de la commission, l’officier dans la Légion Étrangère Jean-Pierre JEAN (1872-1942) y joue un grand rôle en profitant de son titre étranger. Cette commission va même servir à espionner l’ennemi.

Pour comprendre la situation, il faut d’abord connaître le contexte de création de la Commission des Alsaciens-Lorrains. Puis comprendre ces missions à travers la carrière militaire de Jean Pierre JEAN. Enfin, étudier le devenir des prisonniers Alsaciens -Lorrains qui ont de la sympathie envers la France.

Le contexte de la création de la Commission des Alsaciens-Lorrains

Le ministre de la Guerre Alexandre Millerand décide de créer la Commission des Alsaciens -Lorrains avec l’appui du Président du Conseil René Viviani. Elle est commandée par le Lieutenant-Colonel Albert CARRE (1852-1938) à partir du 30 novembre 1915. Elle a pour mission de mener des interrogatoires aux prisonniers, mais en réalité ces missions sont de l’espionnage afin d’obtenir des informations sur les déplacements des troupes allemandes, des réserves, etc. Albert CARRE écrit un ouvrage sur cette commission1.

C’est dans ce contexte que le Sous-Lieutenant JEAN entre dans la commission, notamment grâce à ses connaissances de la langue et de la culture allemande, étant né à Vallières-Lès-Metz. Il est également le Président du Souvenir des Alsaciens-Lorrains en Moselle et aussi l’instigateur du monument de Noiseville qui lui vaut la Légion d’honneur en 1909. Plusieurs célébrités en font également partie comme le caricaturiste Jean-Jacques Waltz dit HANSI (1873-1951).

Les missions de la Commission à travers la carrière militaire de Jean-Pierre JEAN

Les ordres de Jean-Pierre JEAN proviennent directement du ministère de la Guerre. Il doit se rendre dans les camps de prisonniers réservés aux Alsaciens- Lorrains comme celui de Lourdes. Pour réussir ces missions d’informations, le mosellan ne se déplace jamais seul. HANSI, un caricaturiste originaire de Colmar l’accompagne. En effet, lorsque la commission se déplace le plus souvent c’est en binôme pour mener les interrogatoires. Ceux-ci se font en alsacien, car certains prisonniers sont originaires de la campagne et ne comprennent que ce dialecte ou l’allemand. Les questions posées portent sur les localisations de domicile, les familles, etc. Lorsque des doutes se présentent lors des interrogatoires, le prêtre de la paroisse d’origine du suspect est convoqué pour confirmer ses dires. Une fois les enquêtes terminées, la commission d’interrogatoire se rassemble. Elle se compose d’un officier interprète et d’un autre officier chargé de poser les questions utiles. Une fois fait, un rapport écrit est envoyé au ministère de la guerre qui, après lecture de ce rapport, prend une décision pour le suspect.

Le devenir des Alsaciens-Lorrains sympathisants envers la France

Les sympathisants envers la France ont le choix de s’engager dans l’armée française ou dans les usines pour ceux qui sont ingénieurs. Pour les militaires, plusieurs choix sont possibles : combattre sur le front en France, ou d’être envoyé en Algérie ou encore en Indochine dans le Tonkin. La plupart des militaires font le choix des colonies. Cette situation s’explique par le fait que dans certaines familles alsaciennes ou mosellanes, leurs enfants combattent, soit du côté de la France, soit du côté allemand. Cette situation peut même s’appliquer envers un père et son fils : le père du côté de la France et le fils du côté allemand ou l’inverse.

On donne donc aux futurs militaires français un carnet sur lequel sont inscrites les lettres suivantes :

A : qui correspond au souhait de combattre sur le front occidental.

B : qui correspond au souhait d’être envoyé dans les colonies.

La commission donne ensuite un laissez-passer avec le drapeau tricolore. Ce document est très important, car il autorise le détenteur à sortir du camp de prisonniers et à se déplacer sur tout le territoire français, afin de permettre de trouver un travail pour les ingénieurs et la possibilité pour les militaires d’être affectés dans un régiment. Mais pour les français qui parlent et comprennent très bien la langue allemande, ils peuvent entrer dans les services secrets et faire partit de la commission pour les alsaciens -lorrains.

Conclusion

La question de l’Alsace et de la Moselle devient un objectif principal et primordiale lors de la Grande-uerre de 1914 -1918. Beaucoup d’Alsaciens et Mosellans décident donc de s’engager dans l’armée française. Pour d’autres, la France met en place des camps de prisonniers et une commission distingue  les francophiles des germanophiles, et récolte des informations afin de permettre l’avancée de la Triple-Entente. Cette commission se compose d’officiers français avec des compétences en allemand et qui mènent des interrogatoires en binôme. On peut compter dans ses rangs des personnalités originaires du Reichsland comme le caricaturiste HANSI , Albert Spinner mais également JEAN qui fait toute sa carrière militaire dans celle-ci et qui finit Lieutenant avec la nationalité française et tous les honneurs que lui doit son grade et le respect de ses supérieurs.

La Commission des Alsaciens-Lorrains a permis à des milliers d’hommes originaires du territoire annexé de se battre pour la France, ses idéaux républicains et la liberté.

En 1929, Jean -Pierre JEAN effectue un travail de recensement dans un ouvrage qui s’intitule le Livre d’or du Souvenir Français2. Cet imposant ouvrage s’utilise comme un dictionnaire. On y retrouve tous les officiers militaires qui servent dans l’armée française de la Révolution de 1789 à la Grande- Guerre de 1914 -1918. Pour chaque officier est décrit son parcours militaire lors des campagnes mais également la liste des médailles de chacun. En guise d’introduction, on peut lire le déroulement de la guerre de 1870 avec des cartes d’État-Major en guise d’illustration. Dans les premières pages de ce livre. On retrouve un avant- propos du Maréchal Foch, ami de Jean-Pierre JEAN, qui fait référence aux idéaux républicains de la France mais également la notion de liberté. Foch rappelle également l’importance de l’Alsace- Lorraine pour la France et met donc en avant le travail de la commission ainsi que son importance durant le premier conflit mondial. Pour finir, il remercie le lieutenant mosellan pour le travail accomplit.

  1. Carré Albert, Les engagés volontaires alsaciens-lorrains pendant la guerre, Paris 1920, 159 pages. []
  2. JEAN Jean -Pierre, Livre d’or du Souvenir français, Arts Graphiques Modernes de Jarville-Nancy, 1929, 527 pages. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ludwigbrouillard (17 juillet 2023). Jean-Pierre JEAN et la Commission des Alsaciens-Lorrains. Sources à l’œuvre·s. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vs9e


ludwigbrouillard

Etudiant en Master 2 Recherche en Histoire Parcours Identités et culture en Occident moderne et contemporain sous la direction du Professeur Jean- Noël Grandhomme sur un mémoire ayant pour titre : Jean -Pierre JEAN (1872-1942) : la France au cœur, du Reichsland à la IIIe République. à travers la vie associative de ce personnage (Président du Souvenir Alsacien - Lorrain qui est de nos le Souvenir Français) sa carrière militaire dans l'armée française de 1914 à 1916 et sa carrière politique en tant que député de la Moselle de 1919 à 1924 ; Je m'intéresse au rattachement des territoires annexés lors de la guerre de 1870 par l'Empire Allemand à la fin de la Grande guerre de 1914-1918 d'un point de vue militaire, social et politique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search