Les femmes Charlois : un exemple de trajectoire prostitutionnelle à Nancy pendant la Grande Guerre (1914-1918)


Julie Bellotto, « Les femmes Charlois : un exemple de trajectoire prostitutionnelle à Nancy pendant la Grande Guerre (1914-1918) » Sources à l’œuvre·s , 17/07/2023, consulté le [date]. https://cjccrulh.hypotheses.org/853


Au cours des années 1910, la famille Charlois vit à Nancy et se compose de 11 individus : Céline et Charles, ainsi que leurs neuf enfants. Les « femmes Charlois » m’intéressant ici sont la mère, Céline, et ses quatre filles les plus âgées : Joséphine, Suzanne, Jeanne et Henriette, qui sont reconnues comme se livrant à des pratiques prostitutionnelles.

Généalogie de la famille Charlois réalisée par l’autrice

Sans nier les individualités de ces femmes et leurs pratiques personnelles de la prostitution, le choix a été fait de considérer les femmes Charlois comme un ensemble d’individus. En effet, leurs trajectoires ne cessant de s’entremêler et de se rejoindre, probablement en raison de leurs liens familiaux, les femmes Charlois forment une trajectoire singulière, une sorte de « clan prostitutionnel » dont il faut suivre le parcours et ce, dans un contexte géographique, chronologique et social particulier.

Lors de la Première Guerre mondiale, la Meurthe-et-Moselle est partiellement occupée par les Allemands. Nancy, alors soumise à l’état de siège, se retrouve située à quelques kilomètres de la ligne de front. La ville voit s’accroître la présence militaire, se multiplier les restrictions et se renforcer le maintien de l’ordre. Au cours de ces années de guerre, le maintien de l’ordre passe notamment par un contrôle et une répression encore plus stricts de la prostitution et de ses actrices. En effet, en France, depuis le milieu du XIXe siècle, la prostitution est encadrée par le système réglementariste, un système qui exerce un contrôle social et médical sur les femmes prostituées1. Mais, en août 1914, quelques jours seulement après le début des hostilités, ce contrôle est renforcé, comme en témoigne un accroissement de documents produits par cette surveillance et répression à l’encontre des prostituées. Dans un contexte de multiplication des sources, il ne paraît alors pas étonnant de pouvoir suivre la trajectoire de certaines prostituées. Toutefois, il faut souligner que les femmes se livrant à la prostitution cherchent, par tous les moyens, à échapper au contrôle des autorités, qu’elles soient policières, médicales, ou administratives. Cela explique, en partie, la grande mobilité des femmes prostituées et leur usage de fausses identités. Il est donc rare d’avoir plusieurs mentions d’une même prostituée et suivre une trajectoire prostitutionnelle s’avère assez complexe. La tâche se complique d’autant plus en temps de guerre car, du fait du contrôle renforcé, la volonté d’échapper aux autorités s’accroît également.

Ainsi, bien qu’il semble paradoxal d’ambitionner suivre et retracer la trajectoire d’un clan de prostituées, ce billet retrace en partie celle des femmes Charlois, tout en questionnant si cette trajectoire est révélatrice de la condition prostituée à Nancy pendant la guerre ou, si elle est, à tout point de vue, un cas particulier. Puis, dans un second temps épistémologique, il faut évoquer l’intérêt, les moyens et difficultés de retracer des trajectoires prostitutionnelles lorsque leurs acteurs ne cherchent justement à ne pas laisser de traces.

Quelle trajectoire ?

À partir du 8 août 1914, le commissaire central de police de Nancy adresse quotidiennement des rapports au maire de la ville, dans lesquels il lui signale le nombre de filles soumises, c’est-à-dire les prostituées connues des services de police et inscrites sur leurs registres, qui ont été arrêtées dans la nuit pour racolage sur la voie publique. C’est dans l’un de ces rapports2 qu’apparait, pour la période étudiée, la première mention d’une femme Charlois. Il s’agit de l’aînée des filles, Joséphine. Dans ce rapport, on apprend que Joséphine est une fille soumise et qu’elle était en traitement à l’hôpital Maringer, hôpital où sont envoyées les prostituées lorsqu’elles sont reconnues atteintes de maladie vénérienne. Le rapport indique que, désormais guérie, l’aînée Charlois est directement écrouée à la maison d’arrêt car elle est condamnée à six mois d’emprisonnement pour complicité de vol. Quelques jours plus tard, le 9 septembre 19143, toujours dans un des rapports quotidiens du commissaire central de police au maire de Nancy, une autre des filles Charlois est mentionnée. Cette fois-ci, il s’agit de la benjamine, Henriette. Le rapport, plus succinct, indique que Henriette, seize ans, fut arrêtée pour racolage sur la voie publique.

Ces deux premières mentions des Charlois mêlent particularités et généralités concernant la condition prostituée. La particularité, ce sont ces rapports de police, produits de manière quotidienne après une demande préfectorale datant du 6 août 1914, elle-même motivée par le désir de l’autorité militaire4. Ces rapports, et les arrestations qu’ils mentionnent, témoignent ainsi du renforcement de la surveillance et de la répression de la prostitution dès les premiers jours de la guerre, et dont deux des quatre filles Charlois font les frais.

Toutefois, de ces premières mentions des Charlois, peuvent également être dégagées des caractéristiques liées à la condition prostituée. La première est le vol. Dans le rapport mentionnant Joséphine, il est indiqué qu’elle est emprisonnée pour vol. Et, en effet, en juin 1914, un article du Journal de la Meurthe et des Vosges la nomme dans une affaire de vol de portemonnaie5 : c’est potentiellement pour ce délit qu’elle est écrouée en septembre 1914, après son séjour hospitalier. Il n’est alors pas rare que des prostituées soient reconnues comme voleuses, notamment d’argent, comme en témoigne l’existence du terme « entôlage », spécifiquement utilisé pour désigner le phénomène6.

Une autre caractéristique observable dans les premières mentions des Charlois est l’usage d’une fausse identité, ou plutôt, le travestissement de sa réelle identité. Dans le rapport mentionnant Henriette, il est indiqué qu’elle est âgée de seize ans. Or, selon l’état civil7 et le recensement de 19148, Henriette Charlois est née le 2 juillet 1900. Au moment de son arrestation, en septembre 1914, elle est alors âgée de quatorze ans. Mensonge de la part de la jeune fille lors de son arrestation ? ou erreur involontaire lors de la rédaction du rapport ? Il est difficile de le savoir mais Henriette étant désignée comme une « fille soumise », donc connue et inscrite sur les registres de police, cette erreur soulève des questionnements. Ces interrogations sont d’autant plus légitimes que l’âge correct de Henriette est mentionné quelques mois plus tard, et même utilisé comme argument pour condamner la mère de famille.

En effet, en mars 1915, les femmes Charlois réapparaissent dans les archives du tribunal de Nancy : la mère de famille, Céline Charlois, déjà connue des tribunaux, est jugée pour « excitation habituelle de mineure à la débauche ». Elle est tenue responsable d’encourager ses filles à se livrer à la prostitution, notamment Henriette, où il est cette fois-ci bien mentionnée qu’elle est seulement âgée de quatorze ans.

Le dossier d’instruction permet alors d’entrer plus concrètement dans la réalité de leurs pratiques prostitutionnelles, puisque l’on apprend que Céline Charlois arrêtait les passants dans la rue pour leur offrir les faveurs de Henriette. Cette dernière est surnommée « Totosse »9, surnom pouvant renvoyer à son jeune âge, mais également à la pratique sexuelle de la fellation, dont le terme est dérivé du latin fellatum, supin de fellare, qui signifie « sucer, téter ». Le dossier insiste non seulement sur l’incitation à la débauche d’une mineure, mais également sur le fait que les gains issus de la prostitution de Henriette auraient servi à entretenir la famille Charlois. Un fait d’autant plus condamné par les témoignages des voisins et l’enquête judiciaire, que Céline Charlois est décrite comme souvent aperçue en état d’ivresse et ne se livrant à aucun travail. Cette dernière est condamnée à deux ans de prison et à la déchéance de la puissance paternelle.

Les femmes Charlois, ce clan se livrant à des pratiques prostitutionnelles, font alors l’objet de très mauvais renseignements10 et se retrouvent sous l’œil des autorités municipales. Toutefois, il faut souligner que cette pratique de livrer ses filles à la prostitution n’est, dans le contexte de la Grande Guerre, pas étonnant : plusieurs autres cas similaires s’observent, principalement dans le pays Haut meurthe-et-mosellan occupé, mais également à Nancy. L’explication souvent donnée par ces femmes livrant leurs filles à la prostitution est le besoin d’argent afin de faire face à la misère causée ou renforcée par la guerre. Ce motif a également pu être celui ayant conduit les femmes Charlois à se tourner vers la prostitution. En effet, la famille habite alors au 96 rue de la Hache ; en plein cœur d’un quartier rempli de débits de boissons et où les logements sont jugés insalubres par la municipalité. Cela semble se confirmer par le fait que le logement de la famille Charlois ne se compose que d’une unique chambre, occupée par les époux et leurs cinq enfants les plus jeunes9. En plus de laisser entrevoir le milieu social dans lequel évolue la famille Charlois, ces éléments peuvent en partie expliquer que la prostitution a pu apparaître, pour ces femmes, comme un moyen de subsistance pendant ces années de guerre.

Le logement des Charlois à Nancy durant la guerre

Du fait de leurs démêlés constant avec les autorités, dont témoigne l’arrestation en juin 1915 de Joséphine pour avoir à nouveau volé de l’argent à un homme qu’elle avait racolé11, les femmes Charlois sont plus que jamais dans le viseur des autorités, à tel point que la ville de Nancy va chercher à les évacuer.

En janvier 1918, alors que les troupes ennemies se concentrent dans le secteur de Château-Salins, la crainte d’une attaque de la ville plane sur Nancy. Dans un « esprit de discipline »12, les autorités préparent l’évacuation partielle de la ville. Elles planifient d’évacuer les enfants, les vieillards, les infirmes, ainsi que les indésirables. En effet, le préfet de Meurthe-et-Moselle estime qu’il est opportun d’envisager l’éloignement des individus ayant des antécédents judiciaires et résidant actuellement à Nancy13. Le commissaire central de la ville est alors chargé d’établir la liste de tous ces individus, parmi lesquels se trouvent des femmes prostituées, dont Jeanne et Suzanne Charlois14.

L’évacuation des indésirables, c’est-à-dire des « individus causant une gêne par leurs habitudes à ne pas respecter les divers règlements en vigueur dans la zone des armées »15, est utilisée dès 1914 et permet de diriger ces individus, par « mesure administrative », vers des camps. Ces évacuations étaient « volontaires », car après avoir été invitées par les autorités municipales à quitter la ville, les personnes concernées pouvaient choisir leur nouveau lieu de résidence parmi quelques destinations proposées. Toutefois, il arrivait que certains de ces indésirables refusent de quitter la ville : c’est notamment le cas de Jeanne et Suzanne Charlois16. Conformément à leur choix, les deux filles Charlois ne sont pas évacuées et continuent même à se faire remarquer pour ivresse et violence, quelques mois plus tard17.

Cependant, la guerre se poursuit et, en juillet 1918, bien que plus aucune menace directe ne semble peser sur Nancy, une nouvelle liste de personnes susceptibles d’être évacuées est dressée par le commissaire central18 : on y retrouve Jeanne et Suzanne, mais cette fois-ci s’y trouve également Céline Charlois, la mère de famille, en raison de ces multiples condamnations. Malgré la demande du préfet au Général commandant la 8e Armée de prononcer l’évacuation obligatoire de ces individus19, aucun document ne semble confirmer que cette évacuation ait eu, ou non, lieu. Ce qui est certain, c’est qu’à la fin du mois d’août et au début du mois de septembre 1918, Céline, Suzanne et Jeanne Charlois sont « fichées » comme indésirables20 et subissent à leur tour les mesures exceptionnelles mises en place durant la guerre, du fait de leur pratiques prostitutionnelles.

Ainsi prend fin la trajectoire prostitutionnelle des femmes Charlois, puisque dans les années qui suivent la guerre, ce sont les trajectoires individuelles de ces femmes qui reprennent le dessus avec quelques mentions dans la presse de certaines d’entre elles, toujours à Nancy, pour leurs mariages21, des violences qu’elles ont subies de la part de leurs maris22, ou pour leurs décès ((« Avis de décès de Céline Charton veuve Charlois », L’Est Républicain, 25 avril 1938, p. 4 ; « État civil – Décès », L’Est Républicain, 28 juillet 1939, p. 5.)) ; soit des mentions loin de la prostitution. Peut-être que la fin de la guerre leur ayant permis de sortir de la misère, les femmes Charlois ont choisi de vivre des vies plus rangées, ou peut-être ont-elles continué à se livrer à la prostitution, mais la fin des hostilités ayant permis un relâchement de la surveillance et de la répression envers les fauteurs de troubles, ces femmes ont pu passer davantage inaperçues et disparaître des sources.

Intérêts, moyens et difficultés de la traque d’une trajectoire prostitutionnelle

L’intérêt premier de retracer une trajectoire prostitutionnelle est d’entrer un peu plus concrètement dans sa réalité, afin d’humaniser un phénomène – la prostitution – qui ne l’est pas dans les sources. En effet, malgré les dossiers judiciaires et quelques rapports de police nominatifs, la majorité des sources renseignant sur l’activité prostitutionnelle n’offrent que des données chiffrées. De fait, retracer une trajectoire prostitutionnelle permet de recueillir des noms, des adresses, des âges. Cela permet également d’entrer dans une compréhension plus fine du phénomène prostitutionnel, par exemple, en se questionnant sur l’existence de liens entre l’appartenance à une certaine classe sociale et l’entrée dans la prostitution. Enfin, retracer une trajectoire prostitutionnelle permet de rendre un peu d’identité à ces femmes, voire de mettre des visages sur des noms, puisque pour le cas de Jeanne et Suzanne Charlois, une partie de leur description physique apparait sur leurs notices de 191823.

Le deuxième intérêt de la traque d’une trajectoire prostitutionnelle est d’observer le traitement que les autorités réservent aux femmes prostituées dans le contexte de la Grande Guerre. En effet, la continuité des mentions des femmes Charlois, des rapports d’arrestations de septembre 1914 aux listes d’individus à évacuer en juillet 1918, témoigne d’une surveillance accrue, stricte, et surtout continue. Car dans ce contexte où le maintien de l’ordre est une priorité, transparaît la volonté de se débarrasser des prostituées les plus récalcitrantes, les plus indésirables et, à défaut de pouvoir les condamner, les autorités cherchent à les arrêter, les enfermer, ou les évacuer. Bien que ces mesures aient eu un effet moindre sur les femmes Charlois, que ni les arrestations, ni les condamnations, ni les tentatives d’évacuation ne semblent empêcher de se livrer à la prostitution et de causer du scandale, elles renseignent sur le traitement réservé à l’ensemble des femmes prostituées.

Et, en effet, le troisième et dernier intérêt de retracer une trajectoire prostitutionnelle est de mettre en lumière aussi bien des généralités que des particularités. La trajectoire des Charlois permet de dégager des traits communs à l’ensemble des prostituées nancéiennes, comme le fait qu’elles ont été extrêmement surveillées par les autorités durant la guerre, offrant ainsi la possibilité d’affiner les connaissances sur ce qu’était la réalité prostitutionnelle à Nancy pendant ces années. Toutefois, la trajectoire des femmes Charlois met également en lumière les divergences possibles au sein de l’ensemble prostitutionnel : elles ne sont qu’un exemple des comportements qui ont pu survenir à Nancy pendant la Grande Guerre. Ainsi, tout l’intérêt de retracer une trajectoire prostitutionnelle est de démontrer que la prostitution n’est pas un phénomène uniforme et unique, mais bien un ensemble de pratiques, plurielles, aussi nombreuses que leurs actrices.

Toutefois, là apparaît une grande difficulté : la particularité de chaque trajectoire prostitutionnelle rend difficile l’élaboration d’une méthodologie. En effet, les multiples occurrences d’une prostituée sont rares et si elles existent, elles ne se trouvent pas dans les mêmes fonds d’archives, selon un même schéma. D’autant plus que ces mentions, difficiles à trouver, peuvent également être erronées, puisqu’une autre difficulté de la traque des trajectoires prostitutionnelles est la facilité à perdre leur trace : le changement d’âge de Henriette Charlois, passant de seize ans en 1914 à quatorze ans en 1915, a été source de doutes quant au fait qu’il s’agissait de la même personne. Se référer à une adresse n’est pas non plus un indicateur fiable, ces femmes étant extrêmement mouvantes. Surtout, ces femmes cherchent à se soustraire aux contrôles : elles ne veulent pas et ne cherchent pas à laisser de traces permettant aux autorités de les traquer, mettant alors l’historien·ne dans la même situation.

Enfin, même s’il arrive que des prostituées soient nommées à de multiples reprises et que la reconstitution de leurs trajectoires soit envisagée, deux autres grandes limites peuvent se rencontrer. Une limite spatiale tout d’abord car la mouvance de ces femmes peut conduire l’historien·ne à les suivre au gré de leurs déplacements et donc à se déplacer lui-même dans divers centres d’archives, un peu partout en France, voire à l’étranger. Puis – et peut-être le plus grand frein à la reconstitution d’une trajectoire prostitutionnelle – une limite temporelle car éplucher les états civils, les dossiers des tribunaux, les journaux locaux à la recherche d’un prénom ou d’une date, reste chronophage malgré la numérisation de nombreux fonds d’archives et la mise en place d’outils de recherche dans les journaux.

Conclusion

Malgré les limites et difficultés, l’exemple de la trajectoire des femmes Charlois prouve qu’il est possible de retracer une, voire, des trajectoires prostitutionnelles, et que ces vies minuscules, oubliées, ont un réel intérêt. Cette trajectoire permet en effet d’humaniser la recherche sur les pratiques prostitutionnelles, de saisir certaines généralités du phénomène prostitutionnel dans le contexte de la Grande Guerre et contribue ainsi à affiner les connaissances sur ce qu’est être une femme prostituée à Nancy entre 1914 et 1918. Toutefois, la trajectoire des Charlois reste profondément particulière du fait qu’il s’agit de femmes de la même famille, à propos desquelles les occurrences sont nombreuses (à l’échelle de l’étude des pratiques prostitutionnelles), et dont la trace apparaît dans un contexte lui-même particulier, dont ont en partie résulté les documents ayant permis de livrer cette trajectoire prostitutionnelle.

Bio-bibliographie :
Julie Bellotto est doctorante contractuelle en histoire contemporaine et réalise sa thèse en
cotutelle à l’Université de Lorraine et l’Université catholique de Louvain, sous la direction de
Pascal Raggi et Emmanuel Debruyne. Ses travaux portent sur les pratiques prostitutionnelles
féminines en Meurthe-et-Moselle, mises en perspective avec la province belge de
Luxembourg, de 1900 aux conséquences

  1. Corbin Alain, Les filles de noce: misère sexuelle et prostitution, XIXe siècle, Paris, Flammarion, 2015, 631 p. []
  2. Archives municipales de Nancy 1 I NC 1227 – Rapport du 3 septembre 1914. []
  3. Archives municipales de Nancy, 1 I NC 1227 – Rapport du 9 septembre 1914. []
  4. Archives municipales de Nancy 4 H 463 – Lettre du préfet de Meurthe-et-Moselle au maire de Nancy, 6 août 1914. []
  5. Journal de la Meurthe et des Vosges, « Voleurs arrêtés », 3 juin 1914, p. 3. []
  6. Selon la définition du CNRTL, l’entôlage est le « vol commis par une prostituée ». []
  7. « État civil du 2 juillet », L’Est Républicain, 3 juillet 1900, p.2. []
  8. Archives municipales de Nancy 1 F 2165. []
  9. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle 2 U 925 – Rapport du procureur de la République du Tribunal de Première instance de Nancy au Procureur Général, 27 avril 1915. [] []
  10. « Une mère indigne », L’Est Républicain, 20 mars 1915, p.2. []
  11. « Voleuses arrêtées », L’Est Républicain, 9 juin 1915, p.2. []
  12. Archives municipales de Nancy 4 H 503 – Télégramme du préfet de Meurthe-et-Moselle au Ministre de l’Intérieur, 2 février 1918. []
  13. Archives municipales de Nancy 4 H 503 – Lettre du préfet de Meurthe-et-Moselle au maire de Nancy, 10 février 1918. []
  14. Archives municipales de Nancy 4 H 503 – État des filles soumises susceptibles de la ville de Nancy susceptibles d’être évacuées. []
  15. Farcy Jean-Claude, Les camps de concentration français de la Première Guerre mondiale (1914-1920), Paris, Anthropos, 1995, p.76. []
  16. Archives Départementales de Meurthe-et-Moselle 8 R 177 – État nominatif des indésirables qui refusent de quitter la ville de Nancy, 30 mars 1918. []
  17. « Ivresse et violences », Journal de la Meurthe et des Vosges, 30 juin 1918, p.2. []
  18. Archives municipales de Nancy 4 H 503 – État des filles soumises et des individus qu’il y aurait lieu d’évacuer, 4 juillet 1918. []
  19. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle 8 R 177 – Lettre du préfet de Meurthe-et-Moselle au Général Commandant la 8e Armée, 17 août 1918. []
  20. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle 8 R 177 – Notices individuelles de Suzanne, Jeanne et Céline Charlois, 26 août 1918 et 2 septembre 1918. []
  21. « État civil du 2 mars 1923, publications de mariages », L’Est Républicain, 3 mars 1923, p. 3. ; « État civil du 23 septembre 1939, publications de mariages », L’Est Républicain, 24 septembre 1939, p. 3. []
  22. « Violences », L’Est Républicain, 7 octobre 1923, p. 4. ; « Parce qu’elle le brutalisait un homme blesse sa femme d’un coup de poignard », Le Télégramme des Vosges, 16 juillet 1935, p. 4. []
  23. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle 8 R 177 – Notices individuelles de Suzanne et Jeanne Charlois, 26 août 1918. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Collectif des jeunes chercheurs (17 juillet 2023). Les femmes Charlois : un exemple de trajectoire prostitutionnelle à Nancy pendant la Grande Guerre (1914-1918). Sources à l’œuvre·s. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vs9f


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search