Servir le roi de France en tant que soldat protestant, des trajectoires multiples (XVIIe-XVIIIe siècles)


Pour citer cet article : Gaëtan Dechoux, « Servir le roi de France en tant que soldat protestant, des trajectoires multiples (XVIIe-XVIIIe siècles) » Sources à l’œuvre·s , 17/07/2023, consulté le [date]. https://cjccrulh.hypotheses.org/863


« Il a laissé enfin à ceux de sa croyance & de sa communion, qui vivent sous les loix d’un Empire si juste, d’une part une belle preuve que leurs maximes ne s’ajustent pas mal avec le fidele service que nous devons tous au Roy »1, par ces mots, qui concernent Gassion, Du Prat cherche à montrer que la foi protestante est tout à fait compatible avec le service du roi. Gassion incarne parfaitement cela, mais il n’est que l’arbre le plus imposant qui cache la forêt de milliers de huguenots qui ont servi les rois de France. Nous souhaitons, ici, avant tout questionner l’analyse de trajectoires collectives et individuelles, mais aussi mettre en avant les difficultés de telles approches, notamment pour notre sujet de recherche, c’est-à-dire l’étude de la coexistence confessionnelle dans les armées royales françaises. Ces trajectoires questionnées concernent donc un groupe particulier, celui des protestants servant le roi de France dans ses armées durant le XVIIe et le XVIIIe siècle. Notre période d’étude débutant avec la massification progressive, mais non linéaire, des effectifs et à la transformation, également progressive, de l’activité militaire en véritable métier2 ; et prenant fin au moment de la disparition de la monarchie, en 1792. L’on fait donc face à un groupe très particulier composé d’individus qui peuvent se reconnaitre en tant que communauté rattachée par une confession commune, mais aussi par une activité guerrière partagée. Est-il possible de tracer une trajectoire collective de ces protestants au service du roi de France ? Est-ce que les choix individuels priment davantage en cas de crise ? Comment repérer ces trajectoires ? Les militaires protestants des armées royales françaises évoluent dans des contextes sociaux très différents (noble/roturier, soldat/officier). Il est donc particulièrement intéressant de tenter de repérer s’il existe une trajectoire collective des protestants servant le roi de France, mais également d’essayer de zoomer sur quelques trajectoires individuelles pour montrer la diversité des réactions des individus de ce groupes aux divers événements qui parcourent notre période. Toutefois, avant de voir cela, il s’agira d’abord de montrer les difficultés que pose le manque de sources à propos de ces protestants militaires au service de la Fille aînée de l’Église.

Un manque de sources

Lorsqu’il s’agit d’étudier des trajectoires collectives, et surtout individuelles, l’historien doit travailler avec des sources qui le ramènent au plus près du groupe ou de l’individu en question. Or, il est très difficile d’aller au plus près du soldat qui est un faible producteur de sources et qui, lorsqu’il en produit, se trouvent très éparpillées du fait d’une forme de nomadisme liée à son statut. L’actuel Service Historique de la Défense concentre évidemment une part très importante des archives émises par les bureaux de la Guerre de l’Ancien Régime. Parmi les documents qui peuvent nous donner des informations nous permettant de suivre ce groupe particulier des protestants dans les armées ou un individu en particulier, on trouve notamment les contrôles de troupes institués à partir de 17163, mais la qualité des descriptions dépend du major du régiment qui les rédige. Un tel document permet donc de suivre un soldat (pour le XVIIIe siècle uniquement), mais si l’on veut suivre un soldat protestant, il faut que l’on ait eu connaissance de sa confession par d’autres sources, celle-ci n’étant pas précisée pour les régiments français. C’est ici que les choses se compliquent. En effet, il n’est pas aisé de repérer les soldats protestants. Dans certaines villes (et avant 1685), les actes émis par les consistoires peuvent mentionner la présence de soldats qui communient (source que nous ne trouvons pas au SHD). Toutefois, ces sources restent rares. Il faut alors essayer de les repérer par d’autres moyens. Les moments de ruptures qui peuvent survenir dans la vie religieuse de ces soldats, comme par exemple les conversions ou la fuite vers une terre d’accueil où ils pourront vivre leur foi après la révocation de l’édit de Nantes, sont des moments particulièrement propices pour les repérer. Dans ces deux cas, la difficulté réside dans le fait qu’il quitte le groupe (soit le groupe protestant soit celui des soldats au service du roi de France). Le refus des sacrements est un autre moyen de repérer les soldats protestants. Enfin, nous pouvons trouver d’autres sources plus diverses qui nous signalent leur présence. Un exemple parmi d’autres, à la fin de l’année 1761, Louis Boyer de Crémilles, Directeur-Général des Invalides, envoie un document à l’intendant du Languedoc à remettre à Antoine de Brude, soldat invalide, pour l’informer qu’il a été rayé de l’Hôtel des Invalides car il est protestant4.

Nous avons évoqué le SHD, mais il n’est pas le seul à posséder des sources sur les armées. En effet, nous sommes face à une population gyrovague et qui est donc confrontée aux nombreuses administrations locales, « civiles » et militaires. Dans les provinces, le relais principal de l’autorité royale est l’intendant de justice, police et finance qui est chargé de l’entretien et la discipline des troupes qui stationnent dans sa généralité. Les ecclésiastiques sont aussi au contact des militaires, que ce soit l’aumônier militaire lui-même ou les autres membres de l’Église présents dans les villes de garnison ou de passage des troupes. Concernant les aumôniers militaires5, très peu ont émis des sources susceptibles de nous informer de la présence de protestants dans les troupes. Singlande évoque la conversion d’un soldat du régiment de Béarn6, mais son témoignage est l’exception bien plus que la règle.

Pour revenir à la question du nomadisme des militaires, cela complique la tâche de l’historien. En effet, il suffit de lire les mémoires de n’importe quel militaire du XVIIe ou du XVIIIe siècle pour se rendre compte des distances importantes parcourues par la troupe. Cela créé automatiquement une difficulté supplémentaire pour suivre un groupe de soldat (et encore plus pour suivre un soldat en particulier). Les sources se trouvant éparpillées entre les différents lieux de passage ou de garnison du soldat.

De plus, un déséquilibre important apparait également entre le soldat de troupe et l’officier supérieur. Ce sont avant tout des officiers (parfois des petits officiers) qui produisent des sources. La masse de soldat est invisibilisée (cette invisibilisation n’est d’ailleurs pas liée à la confession7). De ce fait, plus on souhaite s’approcher de la troupe, plus il devient difficile de repérer des trajectoires individuelles précises, qui plus est sur une chronologie étendue.

Enfin, la production de sources est toujours dépendante du contexte. Or, pour notre sujet, la date de 1685 est charnière. À partir des années 1660, le pouvoir royal est à l’origine de toute une série de mesures discriminatoires à l’encontre des huguenots. Ces mesures évoluent en véritable répression à l’encontre des protestants et entrainent des conflits avec ces derniers8. Tout cela, jusqu’à l’édit de Fontainebleau qui veut régler le conflit d’une manière, a priori, assez « simple » : l’élimination juridique des huguenots. Comme il est écrit dans cet édit, « puisque la meilleure et la plus grande partie de nos sujets de ladite R.P.R. ont embrassé la catholique », il faut révoquer l’édit de Nantes9. Il s’agit alors de (re)construire une société catholique et notamment une armée catholique. Toutefois, les exactions ne touchent pas l’armée comme elles touchent le reste de la société. Point de dragonnades au sein de l’armée. Le pragmatisme l’emporte. Le roi guerrier a besoin de ses soldats. Louvois, dans ses diverses directives aux intendants, gouverneurs de province et autre inspecteurs de troupes, rappelle la volonté du roi de voir tous ses soldats se convertir, mais il recommande la douceur10. Le discours que le ministre tient à Noailles illustre parfaitement ce pragmatisme :

« Comme le Regiment de Melac n’est plus en Languedoc, il n’y a plus rien à aprehender de la Religion des officiers de ce Regiment qui sont huguenots, et quand mesme ils feroient des recrues de gens de leur Religion, il n’y auroit pas encore grand inconvenient, puisqu’il vaut mieux que des huguenots opiniastres se fassent cavalliers, que de sortir du Royaume. »11

Le message est très clair, mieux vaut un huguenot dans les troupes françaises qu’un huguenot dans les troupes ennemies. Toutefois, pour en revenir à la question des sources, les protestants se doivent d’être discrets, car si la pression est plus forte dans le reste de la société, elle existe malgré tout dans le monde militaire. Parmi les sanctions que risque le soldat protestant, il y a le fait que l’on peut lui refuser le congé absolu. On est loin de la violence que subit les autres protestants du royaume. Dans l’armée, la monarchie utilise davantage la voie de la douceur et moins celle de la répression. De plus, la frontière entre « civil » et « militaire » n’existe pas complètement comme nous l’entendons aujourd’hui, donc les soldats qui sortent de l’armée peuvent subir la violence que subissent les autres protestants du royaume. Pour l’armée, une sorte de mirage ou de fausse réalité se met alors en place, c’est en tout cas l’image que nous renvoie les sources. En effet, c’est comme si le protestantisme avait disparu des régiments français au service du roi de France, on ne les évoque plus (sauf s’il s’agit des troupes étrangères au service du roi qui, elles, ne sont pas concernées par l’édit de Fontainebleau). Un groupe voulant se faire discret devient un faible producteur de sources, mais faible ne veut pas dire qu’il ne crée aucune source.

Une trajectoire collective ?

Avec les sources que nous disposons, est-il possible de dégager un itinéraire collectif des protestants français dans les armées ? Dison-le tout de suite, cela s’avère difficile. Au-delà de la question des sources déjà évoquée, l’autre grande difficulté est l’hétérogénéité de ce groupe. En effet, les protestants sont présents à tous les échelons de l’armée, depuis les officiers supérieurs (ex : Gassion) jusqu’au soldat de la troupe. De ce fait, ce manque d’homogénéité rend difficile la mise en place d’une unique trajectoire collective, malgré le partage d’une confession commune. Cette multiplicité des trajectoires collectives est notamment visible avec la rupture de l’année 1685. Trois options semblent alors possibles aux membres de ce groupe : se convertir, fuir (théoriquement cela leur est interdit par l’édit de Fontainebleau) et rester (mais, en théorie, sans pouvoir pratiquer leur religion). Si l’on s’en tient aux sources, les deux premières solutions sont surreprésentées. En effet, les sources sont majoritairement émises par le camp catholique. Une vision binaire ressort de ces sources, entre les bons protestants qui ont choisi la voie du Salut en se convertissant et les mauvais protestants qui sont entêtés et qui fuient malgré l’interdiction royale.

La fuite a un double enjeu pour la Monarchie, car elle perd un sujet et un soldat, qui risque, en plus, d’aller renforcer les troupes ennemis. C’est pourquoi elle n’a pu exercer la même violence envers ses soldats qu’envers les autres protestants de son royaume. Toutefois, l’armée reste un très bon moyen pour fuir. Comme le rappelle A. Corvisier, « l’enrôlement dans un régiment en partance pour un pays étranger constituait parfois […] la première étape pour gagner un refuge »12. C’est le sens de la lettre que Jean-Baptiste Colbert de Torcy, Secrétaire d’État aux affaires étrangères, envoie à Michel Chamillart. Il se plaint que des officiers recrutent des riches protestants se faisant passer pour des soldats dans le seul objectif d’atteindre la frontière et de fuir le royaume13. L’armée apparaît alors comme un monde transitoire permettant la sortie du royaume. Des soldats partent, on le sait par plusieurs sources. Louvois envoie plusieurs lettres à différents intendants de provinces pour les prévenir que tel ou tel militaire est sorti du royaume et qu’il faut donc confisquer ses biens14. Il est donc indéniable qu’une partie des huguenots des armées royales françaises est sortie du royaume pour intégrer des armées étrangères (brandebourgeoise, anglaise…).

L’autre trajectoire largement mise en avant par les sources est donc les conversions. Il s’agit ici des « bons » protestants d’un point de vue catholique. Ce sont les soldats qui ont allié le service du roi et le service de Dieu. Pour le nouveau catholique, il s’agit, en théorie, de sauver son âme, mais aussi de gagner quelques avantages ici-bas. Cela explique aussi l’importance quantitative de ces sources. En effet, à chaque conversion, les bureaux de la guerre obtiennent un document leur demandant le versement de pension. C’est par exemple le cas de Lisle du Vigier, capitaine au régiment de Vivans, qui s’est converti à la fin de l’année 1685 et qui demande le versement de la pension qui lui est dû15. Pour ce qui est des sources ecclésiastiques, ce sont des professions de foi que nous trouvons16. C’est cette double (au moins) origine (le pouvoir laïc et le pouvoir ecclésiastique) qui participe à l’abondance de ces types de documents mettant en avant les abjurations et donc cette deuxième trajectoire collective.

Si l’on devait se fier uniquement à ces sources, nous pourrions dire qu’une partie des soldats huguenots fuit le royaume et une autre décide de se convertir. Or, nous le savons, nous les repérons par des sources éparses, une troisième voie est choisie par certains de ces soldats protestants, le non-choix d’une certaine manière. Ils ne partent pas, mais n’abjurent pas non plus. Il y a donc un troisième groupe, dont il est difficile de mesurer l’effectif (au même titre que pour les deux autres groupes). Selon A. Corvisier, il y a 10% de soldats qui sont protestants dans les armées royales françaises, à la fin du XVIIe siècle, mais les troupes étrangères sont comprises dans ce chiffre17. Toutefois, ce groupe est beaucoup plus discret. Les années qui suivent l’édit de Fontainebleau sont des moments où ils sont particulièrement surveillés. Pour preuve, le 07 décembre 1685, le gouverneur de Strasbourg reçoit une lettre du ministre de la Guerre qui demande au gouverneur de lui dresser la liste de « ceux qui seront les plus opiniastres » et affirme même que le roi est « disposée à ne se plus servir de ceux qui marqueront de l’entestement à ne pas se faire instruire ». Ces listes permettent de repérer les soldats restés protestants, même si elles sont rarement venues jusqu’à nous. Concernant la volonté du roi de virer de l’armée les plus entêtés, c’est une menace que l’on trouve dans plusieurs documents envoyés par Louvois, mais il est fortement probable que l’on soit uniquement dans une forme de menace, surtout avec les préparatifs de la guerre qui reprennent peu de temps après 1685 et ensuite avec la guerre de la Ligue d’Augsbourg qui commence en 1688. La reprise de la guerre, puis celles qui suivent, vont permettre aux soldats huguenots restés dans les armées de voir l’étau se relâcher un peu. Nous voyons notamment ce relâchement avec Pontmarin, lieutenant du roi. À l’été 1702, ce dernier a mené une enquête à propos de la confession des soldats présents en garnison à Douai. Or, il prend cette initiative car les années précédentes il avait reçu l’ordre de s’informer sur la présence de protestants dans la garnison. Or, il n’a plus reçu de tels ordres depuis quelques années, mais il décide seul de renouveler cette opération. Il dresse alors une liste d’une quarantaine de soldats du bataillon de Médoc qui seraient protestants selon ses informations. Il est également intéressant de noter que le protestantisme est présent aussi bien dans la troupe que dans rang des officiers, puisque l’officier à la tête du bataillon et plusieurs capitaines sont soupçonnés d’être calvinistes, car leurs domestique le sont18. Le fait que Pontmarin prenne seul l’initiative, en précisant bien qu’il n’a pas reçu un tel ordre récemment, montre ce desserrage de l’étau, d’autant que la guerre a recommencé depuis un an environ. Dans le même temps, l’existence même de cette liste illustre aussi le fait que les protestants sont toujours surveillés.

Il est donc possible de proposer une analyse générale de la réaction des protestants des armées du roi de France à partir de 1685. Toutefois, il est encore difficile de juger à quel point cette analyse est biaisée par les sources. En effet, Des protestants se convertissent, d’autres fuient et d’autres restent en se faisant discrets, mais il est difficile de quantifier ces trois groupes. De plus, il serait également intéressant de comprendre les raisons de ces choix différents. C’est ici qu’une tentative d’analyse de trajectoires individuelles peuvent permettre de participer à répondre à cette interrogation.

Des trajectoires individuelles multiples

L’analyse des trajectoires individuelles n’est pas à opposer à celle des trajectoires collectives. Elle permet de la compléter, mais aussi de la critiquer. Toutefois, les difficultés évoquées plus haut sont encore accentuées lorsque l’on cherche à étudier la trajectoire d’un individu en particulier. La question du rang social de la personne en question est particulièrement importante pour trouver les sources permettant de la suivre au plus près, comme nous le montre l’exemple de Frédéric-Armand de Schomberg19. Notre homme est issu d’une famille allemande luthérienne et se met durablement au service de la France à partir de 1650. Il participe à plusieurs campagnes et obtient le bâton de maréchal au milieu de l’été 1675. Puis vient la date charnière d’octobre 1685. Schomberg, qui est très attaché à sa foi, ne peut accepter cette situation et demande l’autorisation du roi de partir à l’étranger, ce qu’il obtient cinq mois plus tard, à la seule condition qu’il aille au Portugal. Schomberg part, mais n’y reste pas longtemps et en 1687, il est à Berlin et l’année suivante en Hollande. Il se met au service de Guillaume II et forme un régiment, en 1689, qui est envoyé en Irlande. Schomberg meurt sur l’île, tué lors de la bataille de la Boyne, le 11 juillet 1690. Le cas de Schomberg est bien sûr particulièrement exceptionnel, mais permet d’illustrer cette idée que le rang de l’individu influe fortement sur la possibilité de l’historien de suivre sa trajectoire. Un officier, qui plus est un maréchal, produit beaucoup plus de sources qu’un soldat de la troupe.

Alors que des officiers fuient à l’étranger, notamment car ils ont les moyens économiques et les réseaux pour le faire, d’autres militaires huguenots décident de rester, malgré l’interdiction de professer la foi protestante. Ce n’est pas chose aisée de suivre la trajectoire individuelle de ces individus qui doivent se faire discret, concernant leur foi. À nouveau, ce sont avant tout des officiers que nous arrivons à repérer. Jean III Philippe Dissiton de Gazel Larambergue est né dans la première moitié des années 1680 d’une famille huguenote à proximité de Castres. En 1702, vers l’âge de 20 ans, il entre dans un régiment de dragons. Sa foi protestante ne l’empêche pas de monter en grade pour terminer lieutenant dans le régiment de Villeroy. Notre lieutenant huguenot a écrit un livre de raison dans lequel il a écrit, de mémoire, une série de prières et de textes liturgiques réformés20. Il meurt en 1749, sans avoir quitté le royaume ni sa foi protestante. Plusieurs questions se posent alors, pourquoi est-il resté ? Comment interpréter cette décision ? L’amour pour son roi ? Il est difficile de répondre à ces questions. Toutefois, un passage de l’une de ses prières nous laissent apercevoir l’une de ses motivations. Il écrit ces lignes :

« beny grand dieu ton eglize retablis les troupeaus avec les pasteurs que tu avois autrefois dans ton royaume nonostant tous les fors et toutes les violances des henemis de ton eglize beny toutes les familles de la terre qui sont cretiennes »21

Il est à souligner que le terme « eglize » (ici en italique) a été rajouté après coup, et qu’au départ, il avait marqué le terme de « roiaume ». Il semble confondre (volontairement ?) le royaume de France et le royaume de Dieu. Le royaume de France est le royaume béni par Dieu, gouverné par le roi sacré, donc choisi par Lui. Cette dimension religieuse semble être un facteur explicatif de son choix de rester dans le royaume malgré les restrictions.

L’analyse fine de trajectoires personnelles peut également faire apparaître de la complexité dans des situations qui peuvent parfois sembler normées. Prenons le cas d’un certain Jacques-Vincent-Marie de Mézerac, petit cousin de notre Jean III22. Il est élevé au collège jésuite de la Flèche et sert dans le régiment de Champagne. En 1761, il est décoré de l’ordre de Saint-Louis, alors que c’est un ordre qui n’est ouvert qu’aux seuls catholiques23. Pourtant, peu de temps après, notre officier quitte le service et obtient le statut de réfugié, suite à sa décision de bénir son mariage selon le rite protestant. Il meurt en 1788 à Neuchâtel, en Suisse. Nous avons donc le cas d’un officier issu d’une famille composée de huguenots, suivant les cours des jésuites (mais nous savons que cela ne fait pas automatiquement des élèves des catholiques) qui obtient une récompense destinée aux seuls catholiques, mais qui quitte le royaume pour cause de religion. Face à cela, de nombreuses questions (souvent sans réponse) nous viennent à l’esprit. Son exemple permet de rappeler à l’historien la complexité de certaines situations qui pouvaient sembler simples.

Concernant les soldats huguenots de la troupe, tracer la trajectoire de l’un d’entre eux s’avère une mission extrêmement difficile. Nous les repérons à des moments précis, comme lors des conversions. Par exemple, nous savons que Jean Menial dit Longeville est un soldat huguenot du régiment de Royal-Vaisseaux qui a abjuré le protestantisme au tout début du mois de janvier 1686 à Metz24. Toutefois, qu’en est-il de ce soldat avant et après son abjuration ? Impossible de le dire, il redevient un invisible de la troupe. Il apparait le temps d’un changement, d’une rupture, pour ensuite se refondre dans la masse des soldats.

 

L’analyse microhistorique des huguenots au service des armées du roi de France n’est donc pas aisée. Les sources disparates et manquantes créent des difficultés à l’historien. Malgré cela, ces analyses sont possibles et surtout intéressantes et indispensables, car l’Histoire est faite d’individus et de relations entre ces individus. Toutefois, elles ne peuvent se suffire à elles-mêmes. Par exemple, analyser le cas de Frédéric-Armand de Schomberg, nous en apprend finalement peu sur le comportement du soldat de troupe protestant au service du roi de France pour qui la fuite est interdite et compliquée. Les protestants des armées royales ne forment pas un groupe homogène, même si la décision de Louis XIV de révoquer l’édit de Nantes a participé, si ce n’est à unir ce groupe, tout du moins à lui donner davantage de cohérence. Une fois que l’on zoome à l’échelle individuelle, nous nous rendons compte de la complexité des situations et de l’hétérogénéité de ces groupes. Le choix d’un individu de rester, de fuir ou de se convertir est le mélange de volontés personnelles, de pressions collectives, de contextes socio-économiques. Ces vas et viens entre les analyses des trajectoires collectives et des trajectoires individuelles nous rappellent finalement qu’une personne est tout autant un être individuel qu’un être collectif, un être unique qui se rassemble avec d’autres pour faire société.

 

Gaëtan Dechoux

 

Bio-bibliogtaphie :

Étudiant en histoire, Gaëtan Dechoux a fait tout son parcours universitaire à l’Université de Lorraine et inscrit en thèse sous la direction de L. Jalabert avec pour sujet Religions et coexistence confessionnelle dans les armées du roi de France (XVIIe-XVIIIe siècle), depuis 2019. Il a publié plusieurs articles sur le thème de la coexistence confessionnelle, à Badonviller et dans les armées royales françaises, mais également sur la question des identités religieuses.

  1. Du Prat Pierre, Portrait du Mareschal de Gassion, Paris, Chez Pierre Bienfait, 1664, pp.224-225. []
  2. Voire notamment Corvisier, André (dir.), Histoire militaire de France. 1/ Des origines à 1715, sous la direction de Philippe Contamine, Paris, PUF 1997 et Drévillon, Hervé et Wierviorka, Olivier (dir.), Histoire militaire de la France. 1. Des Mérovingiens au Second Empire, Paris, Perrin, 2018. []
  3. Corvisier, André, Les contrôles de troupes de l’Ancien Régime, 4 volumes, Ministère des armées, 1968-1970. []
  4. AD34 C732. []
  5. Guyard, Philippe, Les aumôniers de troupe de la Régence à la chute de la monarchie, thèse de troisième cycle, Corvisier, André (dir.), Paris IV, 1982 ; Poinard, Robert, L’aumônier militaire d’Ancien Régime. La vie du prêtre aux armées des guerres de religion à la Première République (1568-1795), Paris, L’Harmattan, 2012. []
  6. Singlande, Caprais de, Mémoires et voyages, tome 1, Paris, Chez Nicolas-Augustin Delalain, 1766, pp.107-108. []
  7. Dechoux, Gaëtan, « Le soldat, le vaincu de l’historiographie du fait militaire de l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle) », Annales de l’Est, numéro spécial 2021-2022. []
  8. Garrisson, Janine, L’Édit de Nantes et sa révocation. Histoire d’une intolérance, Paris, Éditions du Seuil, 1987. []
  9. Decrusy, François-André Isambert, Alphonse-Honoré Taillandier, Recueil général des anciennes lois françaises, depuis l’an 420 jusqu’à la Révolution de 1789, tome 19, Paris, Belin-Leprieur, 1829, p.531. []
  10. Corvisier, André, Louvois, Paris, Fayard, 1983, p.356. Voir aussi Dechoux, Gaëtan, « La résolution d’un conflit par l’unité religieuse ? Le cas des armées du roi de France (XVIIe-XVIIIe siècle) », Annales de l’Est, Numéro spécial 2020, pp.127-144. []
  11. SHD, DE 2014 SA 1316, Lettre de Louvois à Noailles datée du 28 octobre 1685. []
  12. Corvisier, André, Louvois, op. cit., p.423. []
  13. SHD DE 2014 SA 2038 folio 14, lettre de Torcy à Chamillart du 08 janvier 1701. []
  14. SHD DE 2014 SA 1318 folio 14, lettre de Louvois à Mr Bret du 10 décembre 1685 du 08 janvier 1701, pour exemple. []
  15. SHD DE 2014 SA 1316. []
  16. AD34 G1427 pour exemple []
  17. Corvisier, André, Louvois, op. cit., p.357. []
  18. SHD DE 2014 SA 2048, folios 4 et 5. []
  19. Haag Eugène et Émile, La France protestante ou vies des protestants français qui se sont fait un nom dans l’histoire depuis les premiers temps de la réformation jusqu’à la reconnaissance du prince de la liberté des cultes par l’Assemblée Nationale, volume 9, Paris, 1859, pp.230-234. []
  20. Hornus, Jean-Michel, « La prière du soir et Confession des péchés calvinistes d’un officier de Dragons de Louis XIV (Jean [Philippe] Dissiton de Gazel Larambergue, 1684 [?]-1749, lieutenant au Régiment deVilleroy) » BSHPF, vol. 126, 1980, pp.229-239. []
  21. folio 18 lignes 39-44 cité dans Hornus, Jean-Michel, art. cit., p.236-237. []
  22. Hornus, Jean-Michel, art. cit., p.232. []
  23. De Briquet, Code militaire ou compilation des ordonnances des Roys de France concernant les gens de guerre, volume 3, Paris, Chez Pierre Gandouin, 1728, p.639. []
  24. AD57 D13. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Collectif des jeunes chercheurs (17 juillet 2023). Servir le roi de France en tant que soldat protestant, des trajectoires multiples (XVIIe-XVIIIe siècles). Sources à l’œuvre·s. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vs9g


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search